Сетевая библиотекаСетевая библиотека
De Sombres Flammes Amy Blankenship Les Liens Du Sang #6 Alors que la guerre des vampires évolue en une guerre véritablement démoniaque, Zachary se retrouve responsable d'une belle nécromancienne, qui est liée à un sombre épisode de son passé. Il a vu sa propre mère franchir la ligne et tomber dans les bras d'un démon. C'était son rôle de s'assurer que Tiara ne choisisse pas Ce même chemin luxurieux… à moins qu'elle ne l'emprunte en sa compagnie. Dès lors, avec ces démons qui guettent, la dernière chose à laquelle il s'attendait de la part de Tiara était de la voir les rejoindre. Alors que les esprits s’échauffent et que des secrets sont gardés, la jalousie devient un jeu dangereux. Quelqu'un aurait dû la prévenir : quand on joue avec le feu, on s' y brûle. De Sombres Flammes La Saga des Liens du Sang-Livre 6 Author Amy Blankenship, RK Melton Translated by Louise Le Bars Copyright © 2012 Amy Blankenship English Edition Published by Amy Blankenship French Edition Published by TEKTIME All rights reserved. Chapitre 1 Damon entra en trombe dans son appartement et reposa Alicia sur ses pieds. Il n'avait pas dit un mot depuis qu'ils avaient quitté le Night Light, car il ne faisait assez confiance ni en sa voix ni en ses émotions pour cela. Le silence entre eux était assourdissant mais Alicia n'eut pas le courage de le briser. Quand elle sentit la main de Damon dans son dos, qui la poussait devant lui dans le salon, elle eut un aperçu de la colère qui le dominait réellement en cet instant. Faisant aussitôt volte-face vers lui afin de le garder à l’œil, elle le contempla en silence tandis qu'il retirait son manteau pour le lancer à travers la pièce d'un geste rageur. Le manteau atterrit sur le dossier du sofa mais Damon l'avait déjà oublié, choisissant plutôt de s'en prendre à la virtuose de l'évasion qu'était sa compagne. « Damon, attends, lança Alicia, qui ressentait le besoin de le supplier et commençait déjà à reculer. — Attendre quoi ? demanda Damon en penchant légèrement la tête sur un côté. Il la suivit lentement, d'une démarche apparemment décontractée. Attendre que tu disparaisses dès que j'ai le dos tourné ? Tu n'as aucune idée de ce qui rôde dans l'ombre, dehors. Ce n'est pas sûr. — J'ai vécu dehors toute ma vie. Je ne suis plus sans défense... tu t'en es bien assuré en me transformant, rétorqua Alicia avec un regard dur, continuant de reculer. Son assurance en prit un coup quand elle perçut alors toute l'ampleur de sa rage. Ce n'est pas comme si je te fuyais, s'empressa-t-elle d'ajouter. Elle déglutit quand il commença à déboutonner sa chemise de ses doigts agiles. Damon plissa les yeux, yeux qu'il tenait rivés sur elle tandis qu'elle se glissait derrière le sofa... comme si mettre ce meuble entre eux pourrait l'empêcher de l'atteindre. — Voyons, où ai-je déjà vu cette scène ? ironisa-t-il avec un semblant de sourire aux lèvres. Alicia blêmit devant son sourire effrayant. — Je t'ai demandé de m'emmener le voir, souligna-t-elle. — Et je me souviens clairement de t'avoir répondu : « Non, pas encore ». Les muscles de la mâchoire de Damon tressautèrent en se remémorant Alicia dans les bras de Micah. La façon dont ils s'étaient brusquement écartés l'un de l'autre était précisément ce qui poussait Damon à refuser de voir Alicia s'approcher du couguar-garou. — Micah était inquiet… il m'aime, Damon, expliqua Alicia, qui tentait une approche calme puisqu'il lui permettait de garder le sofa entre eux... pour l'instant. Elle cligna des yeux surpris quand il fut soudain à côté d'elle... de son côté du sofa, à lui caresser tendrement la joue de sa main. — Et tu crois que c'est le bon moment de me lancer ça au visage ? releva Damon d'une voix à la douceur trompeuse. Alicia ouvrit la bouche pour riposter mais il disparut brusquement. Elle pivota aussitôt en entendant la porte du réfrigérateur se refermer d'un coup sec, et vit Damon se verser du sang dans un verre. Elle resta songeuse une minute, car elle savait qu'il n'était pas blessé physiquement... alors pourquoi buvait-il du sang ? Tentant quelques pas vers lui sans pour autant se montrer assez courageuse pour entrer dans la cuisine, elle lui demanda : — Pourquoi est-ce que tu bois ça ? Tous deux sursautèrent lorsque le verre qu'il tenait en main se brisa en mille morceaux. Damon ferma les yeux une seconde puis les rouvrit brusquement. — Je suis en colère, comme je suis certain que tu l'as remarqué, et j'espérais que ceci me donnerait la force de me calmer. Il haussa un sourcil lorsque Alicia utilisa le don de célérité qu'il lui avait donné pour passer comme un éclair devant lui et atteindre le frigo. En l'espace de quelques secondes, elle avait mis un verre de sang dans le micro-onde. Alicia se sentit prise d'un frisson quand elle se retourna et que Damon la piégea contre le comptoir. Il ne disait rien... il se contentait de l’immobiliser là, pour ensuite pencher la tête jusqu'au creux de sa nuque... sans la toucher. — Qu'est-ce que tu fais ? murmura-t-elle d'une voix rauque. — Je teste, répondit Damon en la humant. — Et que testes-tu ? Elle pencha la tête en arrière en sentant une bouffée de chaleur l'envahir à son contact. Damon s'écarta pour la regarder, tandis qu'il répliquait : — Pour voir si je peux garder la tête froide quand tu portes l'odeur d'un autre homme sur toi. Il saisit immédiatement la main avec laquelle elle s'apprêtait à le gifler, puis la tira d'un coup sec vers l'avant. — Je ne ferai pas ça si j'étais toi, la prévint-il. Il relâcha son poignet quand la sonnerie du micro-onde retentit. Alicia s'écarta de son chemin pour qu'il puisse prendre lui-même son verre. Elle redevint sérieuse. — C'est mon frère… cela ne devrait pas compter. — Et peut-être que cela ne compterait pas si tu ne lui avais pas dit que vous n'étiez pas vraiment frère et sœur. Le verre se brisa de nouveau entre les doigts de Damon. — Merde, j'abandonne ! grogna ce dernier avec exaspération, avant de suivre des yeux le liquide pourpre qui coulait sur le sol carrelé. Les poings serrés, il passa devant elle pour retourner dans le salon. Alicia se massa les tempes, comprenant enfin, du moins à travers l'esprit jaloux de son compagnon, pourquoi il avait le droit d'être fâché. Elle ne savait pas qu'il écoutait quand elle avait avoué à Micah qu'ils n'étaient pas frère et sœur. Elle essayait alors de faire en sorte que Micah se sente mieux... pas que Damon lui tienne rancune à vie. En tournant la tête vers lui, elle put le voir posté devant les fenêtres qui occupaient tout un mur. Damon la regarda venir vers lui à travers le reflet de la vitre. Il ne put empêcher un petit sourire tendre et moqueur de lui monter aux lèvres quand elle l'enlaça. Elle était si petite, sans pour autant être cachée de sa vue. Saisissant l'un de ses poignets, il l'attira jusqu'à ce qu'elle soit devant lui, le dos appuyé contre son torse. — Depuis combien de temps sais-tu que vous n'êtes pas frère et sœur, tous les deux ? l'interrogea-t-il, les yeux rivés à ceux d'Alicia par reflet interposé. — Seulement une ou deux heures avant de l'avoir annoncé à Micah, répondit-elle. Elle se pelotonna contre lui, dans la sécurité des bras qu'il lui offrait. Nous en avons parlé ce soir, poursuivit-elle. Elle sentit ses bras l'étreindre plus fort et s'empressa d'ajouter : Tous les trois, nous sommes les seuls à être au courant... en plus de Madame Tully, parce que c'est elle qui me l'a appris. Nous avons tous les deux décidé que personne d'autre ne devait être au courant. — Un choix avisé, approuva Damon. Alicia se mordit la lèvre inférieure, indécise quant à la manière dont elle devait formuler ce qu'elle s'apprêtait à dire, de sorte à ce que Damon puisse le comprendre. — Mais je l'aime, tu sais. C'est mon grand frère et nous avons toujours été proches. Tu dois me laisser le voir. — Maintenant ? demanda Damon avec curiosité. Alicia secoua la tête puis se tourna dans ses bras pour pouvoir lever les yeux vers lui. — Écoute-moi, dit-elle avec un doux sourire. Micah a gagné la première place dans ma liste de héros quand je n'étais qu'une enfant, parce qu'il s'opposait à ma famille quant à leur décision de me cacher aux yeux du monde. Il venait me voir à l'école tout le temps et m'emmenait loin de cette prison... parfois pendant des semaines entières. Il m'a donné la liberté dont j'avais besoin. Damon ne se faisait pas assez confiance pour dire quoi que ce soit, mais le simple fait de la tenir dans ses bras et de voir l'amour briller dans ses yeux améthyste apaisait sa colère. — Et c'est un homme très intelligent. Il m'a dit un jour que je trouverai quelqu'un qui me montrerait ce qu'est vraiment l'amour. Alicia tendit la main vers Damon et prit sa joue au creux de sa main. Il avait raison... n'est-ce-pas ? Tu ne m'enfermeras pas à l'écart du monde, hein ? Damon la serra plus fort contre lui, dans ces chaînes qu'il avait pour bras. Il regarda par la fenêtre, qui donnait sur ce qui serait très bientôt un véritable coupe-gorge. Initialement, il avait choisi cet appartement pour se cacher de Michael... et maintenant, il s'en servait pour cacher Alicia de tout ce qui pouvait menacer sa sécurité. En vérité... après les événements de la nuit dernière, cet endroit n'était plus assez sûr pour cacher un trésor aussi précieux. Il allait devoir chercher un abri pour qu'ils puissent s'y installer et qu'il puisse le défendre contre les démons. De plus... il avait hâte de se battre contre Michael une fois de plus. — Alors, pour être ton héros, je dois donc te laisser sortir de mon champ de vision, dans une ville tout sauf sûre et remplie de démons qui plus est ? Ce n'est pas juste, la réprimanda Damon. — Si je n'étais pas obligée de filer à l'anglaise à chaque fois, alors tu saurais toujours où je me trouve, rétorqua Alicia, qui retint son souffle un instant avant de continuer. Je ne veux pas t'en vouloir pour quoi que ce soit… je t'aime. Damon poussa un petit soupir. — Je t'aime aussi… et c'est pourquoi je t'accorderais ta liberté si elle comporte des conditions. — Et quelles seraient ces conditions ? demanda-t-elle d'un ton sceptique. Damon sourit d'un air narquois. — Je t'apprendrais à te protéger pour les occasions où je ne serai pas là pour le faire. — Des cours de combat ? releva Alicia, qui ne put s'empêcher d'éprouver de l'excitation. Je suis partante. — Tu devrais, parce que tu es vraiment nulle dans ce domaine. Quand elle tenta de le frapper, Damon n'eut qu'à immobiliser ses bras et à les plaquer contre lui avant de lui faire perdre l'équilibre. Une fois l'avoir fait glisser au sol, il sentit son entrejambe durcir en se positionnant au-dessus d'elle. — J'ai tout dit, ajouta-t-il en la dévorant des yeux. Alicia lui grogna au nez, montrant les dents en une adorable démonstration de défi. — Et plus de secrets entre nous, acheva Damon, le regard sévère. Alicia cessa de gronder et de sa position inférieure, elle lui adressa un sourire charmeur, dans un éclat de rire malicieux. — J'ai envie de toi. Sa voix n'était que pure séduction. Elle attendit qu'il relâche sa prise et baisse son visage vers le sien pour l'embrasser. Dans un mouvement rapide, Alicia roula alors sur elle-même, emportant Damon avec elle. Elle rebondit sans douceur sur son bas-ventre avec un sourire espiègle, les yeux baissés sur lui. — J'ai tout dit, l'imita-t-elle d'un ton moqueur, avant de ricaner d'un air coquin. — Tu crois ça ? répartit Damon en les soulevant tous deux du sol pour la clouer au mur en un clin d’œil. Il plongea sa jambe entre les siennes avant de la rehausser, de sorte à ce qu'elle soit à califourchon sur sa cuisse. Se penchant vers son oreille, il en suça le lobe, qu'elle avait sensible, entre ses lèvres, puis chuchota : Deux peuvent jouer à ce jeu-là. Alicia sentit fondre ce qui lui restait de volonté et se frotta contre sa cuisse, avec l'envie d'une suite à ce petit jeu. — J'aime ta façon de m'initier. Damon laissa échapper un grognement, une fois saisi la connotation sexuelle qui sourdait dans ces mots, et ses lèvres fondirent sur celles de sa belle dans un éclair de désir frénétique. Il allait lui donner ce qu'elle voulait... mais la liberté ne figurait pas sur la liste. Après avoir entrevu ce qui ressortait de leur précédent désaccord, il épierait ses moindres faits et gestes, même si elle n'en avait pas conscience. Si elle pensait qu'il était surprotecteur avant... eh bien, elle allait comprendre toute la dimension de ce mot à l'avenir. Ce que Damon ne laissait pas voir à Alicia, c'était sa propre peur… peur que s'il la laisse sans surveillance, il ne la revoie plus jamais, vivante ou morte. Il avait déjà connu la souffrance de perdre une femme à laquelle il tenait par le passé, par la faute de sa propre stupidité et de celle de Michael. La différence maintenant, c'était que Damon faisait plus que tenir à Alicia… il l'aimait au-delà de toute raison. Mettant fin au baiser avec un petit sourire malicieux, il la souleva dans ses bras quand elle tenta de le suivre. Il s'avança à grands pas vers la chambre mais perdit son élan quand les dents d'Alicia râpèrent sur son téton droit, geste suivi d'une caresse de sa langue chaude. Sa petite main caressa doucement sa peau dénudée, dans l'idée de stimuler son excitation sur ce qui allait suivre. Constatant qu'il était tout à fait détendu, Alicia s'échappa aussitôt de ses bras, laissant quatre griffures peu profondes sur son torse dans l'action. Elles n'étaient pas assez profondes pour le blesser, mais elles suffiraient assurément pour qu'il lui donne exactement ce qu'elle voulait… s'il parvenait à l'attraper. Damon cligna les yeux d'un air stupéfait quand Alicia disparut soudain de son champ de vision, puis il entendit la porte de la chambre se refermer dans un léger claquement. Perplexe, il baissa les yeux sur sa poitrine, pour observer la guérison progressive des fines griffures faites sur sa peau, avant qu'elles ne s'effacent tout à fait. Jetant un nouveau coup d’œil à la porte de la chambre, il plissa des yeux pensifs, avec l'espoir qu'elle avait l'intention de n'utiliser cette tactique qu'avec lui… et non avec l'ennemi. Alicia avait verrouillé la porte et s'en éloignait, s'attendant à ce que Damon fasse irruption dans la chambre en la fracassant. « Salut chérie, je t'ai manqué ? lui murmura Damon à l'oreille. Alicia poussa un cri de surprise et le contourna aussitôt, en reculant de quelques pas. Ils se dévisagèrent un moment avant qu'Alicia ne se rue sur la porte donnant sur le balcon. Damon sourit d'un air taquin et la rattrapa avec aisance, avant de l'enlacer par la taille au moment où la main d'Alicia atteignait la poignée. Elle se débattit et se tortilla dans son étreinte, en une tentative tiède pour s'enfuir, et Damon sentit son membre durcir rien qu'en imaginant ce qui allait suivre. Son infernal petit chat aimait se faire pourchasser et tendrement dominer, et il la satisferait. Il la ramena tout contre sa poitrine avec un sourire sarcastique, quand elle hoqueta de surprise en sentant sa main lui attraper un sein. — C'était une bien agréable distraction, commenta Damon d'un air songeur en plongeant le visage dans son cou. Il mordilla l'endroit où il venait de plonger la tête et pressa son sein avec douceur quand elle se laissa aller contre son épaule en gémissant. Mais il y a intérêt à ce que je sois le seul à qui tu fasses ce genre de tour, ajouta-t-il. Alicia ne put retenir un éclat de rire, à bout de souffle. — Très bien. Je ne crois pas que les tétons d'un démon auraient aussi bon goût que les tiens, de toute façon. Damon poussa un grognement et saisit le bas de son chemisier, pour la passer par-dessus sa tête d'un geste délicat. L'humeur d'Alicia s'envola par la fenêtre lorsque les mains de Damon remontèrent son haut le long de ses flancs pour le passer au-dessus de sa tête. Elle haleta lorsque ses mains revinrent se poser sur ses seins, les massant à travers la dentelle, qui recouvraient ses tétons déjà durcis par l'excitation, et il la fit se cambrer en arrière pour rendre ce contact plus intense. Mue par le désir de sentir ses mains sur sa peau nue, elle s'apprêta à défaire le fermoir de son soutien-gorge situé sur le devant. Damon lui saisit les poignets et les fit passer derrière son cou. — Ne retire pas tes mains, ordonna-t-il dans un souffle. Alicia poussa un autre gémissement lorsque la chaleur de ses mains gagna de nouveau ses seins, avant qu'elle ne les sente glisser doucement sur son ventre. Elle laissa échapper un grand gémissement quand il releva sa jambe d'une main tandis que l'autre pressait doucement son entrejambe. Il la touchait à peine mais cette sensation d'effleurement aurait presque suffi à la faire jouir sur place. Elle bougea des hanches en même temps que sa main à lui s'activait, le suppliant par ce geste de la presser plus fort à cet endroit. Damon lâcha tout à coup sa jambe et défit le fermoir de son soutien-gorge, avant de le retirer prestement et de le jeter par-dessus son épaule. Les mains d'Alicia se joignirent aux siennes pour lui retirer son jean, qui fut bientôt oublié sur le sol. Très vite, plus aucun tissu ne fit obstacle entre leurs deux corps, et Alicia se délecta de la sensation de sa peau contre la sienne. Elle tressaillit lorsque les portes du balcon s'ouvrirent soudain et qu'elle se retrouva dehors, dans l'air frais nocturne. — Damon, qu'est-ce que tu fais ? demanda-t-elle. — Tu voulais aller dehors, non ? répliqua-t-il tout bas, avant de la soulever et de l'asseoir sur la solide rampe qui s'étendait devant eux. Alicia saisit fermement le poignet de Damon en sentant la brise légère caresser ses tétons de façon excitante. — Et si quelqu'un nous voit ? s'inquiéta-t-elle en promenant son regard sur les immeubles, avec la sensation d'être exposée à la vue de tous. — En ce cas, ce sont les heureux propriétaires d'une paire de jumelles très chère, et ils méritent d'assister au spectacle, répondit Damon avec un petit sourire narquois, le regard glissant sur le corps de son amante. Retournant sa main de sorte à lui prendre le poignet à son tour, il saisit son autre poignet pour qu'elle ne craigne pas de tomber. Offrons-leur un spectacle du feu de Dieu, ajouta-t-il. Se penchant sur elle, Damon suça son téton dans sa bouche et la fit se pencher en arrière. Il fut aussitôt récompensé de son initiative quand elle noua ses jambes autour de sa taille pour ne pas tomber. Bien que son esprit rationnel savait qu'il ne la laisserait jamais tomber, il était naturel qu'elle le redoute. Damon couvrit son corps de baisers, cessant de couvrir d'attentions les endroits qu'il préférait avant de descendre plus bas. Des épaules, il se fraya un passage entre ses jambes et fixa d'un regard moite le cadeau qu'elle lui offrait. Quand il pressa ses lèvres sur son antre humide et brûlant, il fut récompensé par un gémissement de plaisir. Alicia rejeta la tête en arrière et laissa échapper un cri de plaisir sous son premier coup de langue. Elle se cambra, indifférente à l'idée de se savoir suspendue au-dessus des rues tout en bas, puis écarta davantage les cuisses pour permettre à Damon un plus grand accès. Le grognement approbateur de ce dernier fut plus que suffisant pour manquer la faire passer par-dessus bord. Une brusque rafale de vent souffla sur le couple, faisant voleter les cheveux d'Alicia autour de son visage et picotant la peau de son cuir chevelu. C'était effrayant, exaltant, et la pensée d'être vue par quelqu'un lui apparut sous un jour différent… l'excitant au-delà de tout ce qu'elle avait jamais expérimenté. ***** Angelica et Zachary entrèrent dans le château, tout à fait épuisés. Ren leur avait demandé de rentrer se reposer. L'EEP s'engageait dans l'éradication des démons en fuite par équipes, afin que personne ne se retrouve débordé. Aucun d'entre eux ne voulait partir, mais ils savaient que Ren avait raison... ce n'était pas le genre de travail sur lequel on pouvait s'endormir. Ce n'était pas le genre de profession d'où l'on se faisait virer... mais tuer. « Ô douceur du foyer, lança Angelica dans un bâillement. Les membres de l'EEP rentrés avec eux partageaient le soulagement d'Angelica et ils reprirent leurs quartiers au sein du château, soit pour prendre un peu de repos soit pour manger un morceau. Angelica opta pour retourner au laboratoire, histoire de vérifier si Jason allait bien puisqu'ils l'y avaient laissé inconscient. Elle sourit en voyant que quelqu'un l'avait déplacé jusqu'au sofa, contre un mur. — Il va probablement dormir un bon moment, suggéra Zachary derrière elle. Elle caressa les doux cheveux blonds de Jason comme s'il s'agissait d'un enfant. Sauver des gens comme lui était ce qui motivait son combat contre les démons à l'origine. Elle aurait préféré qu'il soit resté innocent au lieu de découvrir que les monstres sous son lit étaient réels. Elle avait découvert leur existence alors qu'elle n'était qu'une enfant. Selon elle... la connaissance de ce monde était loin d'être un cadeau. Un sourire reconnaissant lui monta aux lèvres lorsqu'elle se rappela la mort du démon qui avait marqué Jason à mort. Elle devait bien admettre que Syn était arrivé à point nommé… vraiment dommage qu'il soit également un psychopathe. — Va dormir un peu, lui conseilla doucement Zachary. Beaucoup de travail nous attend et il faut que chacun fasse de son mieux. » Angelica hocha la tête et se glissa dans sa chambre au bout du couloir. En jetant un coup d’œil au grand lit puis à son propre état, elle en conclut qu'elle devrait d'abord prendre une douche pour se débarrasser de la puanteur dont le démon avait souillé son corps. Après s'être rendue silencieusement dans sa salle de bain personnelle, elle ouvrit l'eau chaude et se déshabilla, pour se tourner vers le miroir et vérifier l'état de ses blessures. Constater qu'elle n'en avait aucune suite au combat essuyé ces deux dernières heures la surprit quelque peu. De nouveau, l'image de cet homme qui l'avait suivie toute la nuit revint la narguer... Syn. Chaque fois qu'un démon avait tenté de l'agresser… il avait été là pour interférer. Ce qui la perturbait le plus, c'était qu'aux moments où il ne se trouvait pas dans son champ de vision... elle s'était surprise à le chercher. Elle se retourna pour entrer dans la cabine de douche et s'immobilisa sous le jet d'eau chaude, en tentant de se sortir de l'esprit cet homme qui avait décidé de lui servir de bouclier repousse-démons. Elle avait appris depuis longtemps à ne compter que sur elle-même afin de ne jamais être déçue par qui que ce soit. Ce n'était pas maintenant qu'elle allait changer de philosophie. Elle frotta sa peau jusqu'à la faire rosir, puis s'occupa de ses cheveux. Angelica ne put retenir un gémissement au contact de ses ongles massant doucement son cuir chevelu, avant de fermer les yeux sous le bien-être que cette sensation lui procurait. Si elle s'était montrée un minimum attentive, elle aurait discerné une silhouette sombre de l'autre côté des portes en verre dépoli de la douche. Syn se tenait parfaitement immobile dans la salle de bain humide, occupé à observer Angelica accomplir un geste aussi ordinaire et en tirer du plaisir. Cela lui rappela les moments où il lui avait lavé les cheveux, quand elle avait accueilli son toucher. Il posa une main contre la paroi de la porte qui les séparait, tandis que le besoin de la toucher s'imposait à lui. Pour un dieu solaire, le concept de temps n'avait pas la même signification que chez les humains ; par conséquent, ils étaient d'une espèce patiente... mais même les dieux avaient leurs faiblesses. La sienne était à portée de main et complètement nue. Angelica sentit soudain un afflux de chaleur entre ses cuisses et ferma les yeux pour savourer cette sensation encore peu familière. Savonnant derechef son gant de toilette, elle le passa sur ses seins et les sentit gonfler à ce contact. Laissant tomber le gant sur le sol de la douche, elle se savonna les mains jusqu'à obtenir une mousse épaisse puis les passa sur ses seins. Laissant ses doigts effleurer un téton à la fois pour une sensation redoublée, elle ouvrit la bouche sous la montée du plaisir et son souffle s'emballa. Syn regarda l'une de ses mains glisser de son sein entre ses cuisses en une tentative pour éteindre les flammes du désir qu'il avait allumé en elle. Son regard remonta lentement, pour la voir se mordre la lèvre inférieure et s'empêcher de gémir et de haleter sous la jouissance de plus en plus forte qui montait. Syn laissa glisser sa main le long de la vitre d'un geste caressant et sourit d'un air malicieux quand la main que la jeune femme avait gardée entre ses jambes imita ses mouvements. Angelica se laissa aller contre la porte en verre dépoli de la douche quand ses doigts débusquèrent son point de plaisir favori et l'attaquèrent avec de petits gestes circulaires. Ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait et ce depuis longtemps, mais c'était probablement ce qu'elle avait jamais ressenti de plus fort. Elle pensa au jour où elle rencontrerait quelqu'un avec qui le faire et l'image de Syn lui traversa l'esprit. La vision de ses yeux noirs et de ses longs cheveux d'ébène aida le nœud dans son ventre à se détendre et elle ouvrit la bouche sur un cri silencieux alors qu'elle jouissait intensément. Elle dut réunir toute sa volonté pour rester stable sur ses pieds quand elle sentit le liquide chaud couler sur ses doigts et son corps trembler sous les nombreuses secousses de l'orgasme. Au bout de plusieurs minutes, Angelica referma le jet d'eau et Syn disparut au moment où elle ouvrit la porte de la douche. S'emparant de la serviette de bain, elle s'enroula dedans puis vit son reflet dans le miroir. Ce ne fut pas son corps qui attira son attention, cependant... mais l'empreinte d'une main sur la porte dépolie, derrière elle. Faisant aussitôt volte-face, elle tendit une main, perplexe, pour la poser sur l'empreinte sur la porte. Elle s'inquiéta d'autant plus en constatant qu'elle était bien plus grande que la sienne. Cet endroit était protégé contre le Mal... ou du moins c'est ce que Storm leur avait assuré. Fallait-il en déduire que son voyeur appartenait à leur camp ? S'éloignant de la douche, elle décida de s'en préoccuper plus tard. Bien qu'elle se sentît beaucoup mieux, seul le sommeil rechargerait complètement ses batteries. Après s'être séchée et brossé les cheveux, elle retourna à la chambre et sortit son tee-shirt de nuit noir et grande taille de la commode, en souriant devant le nom de son groupe de rock préféré imprimé sur le devant. Aller à ce concert de rock avait été l'un des rares instants de normalité de son adolescence et elle chérissait ce souvenir. Elle l'enfila et s'avança lentement vers le lit avec un sourire aux lèvres, avant de rejeter les couvertures et d'éteindre la lampe. Après avoir tâtonné pour trouver son I-pod, elle mit le volume bas, laissant le titre « Evil Angel » emplir le silence. Se pelotonnant au fond du lit moelleux, elle ferma les yeux et en laissa la douceur la conduire au sommeil. Syn sortit de l'obscurité de la chambre et s'approcha du lit en écoutant la chanson. Elle avait compris qu'il était là et lui avait assez fait confiance pour ne pas s'y opposer. Un autre signe que son âme était vraiment réveillée. L'expression « Ô douceur du foyer » qu'elle avait utilisée ne lui avait pas échappé… expression qui faisait presque entièrement écho aux pensées de Damon. Damon avait besoin d'un toit pour sa nouvelle âme sœur, Alicia, et Angelica aussi en aurait besoin quand il l'aurait enfin revendiquée comme sienne. Kane et Tabatha... idem, la même situation... les femmes devaient être protégées et chéries plus que tous les autres. « Damon, appela Syn en esprit en se détournant du lit pour s'approcher de la fenêtre. Il est temps de trouver une nouvelle maison pour la famille... la nôtre commence à s'agrandir. » La réflexion de Damon se devina à travers leur lien psychique avant que Syn ne le sente prêt à prendre une décision. « J'ai l'endroit parfait en tête, répondit Damon en se blottissant en cuillère contre Alicia. J'irai y jeter un coup d’œil demain. » La silhouette de Syn parut se dissoudre dans la douce brise qui entrait par la fenêtre, pour reprendre aussitôt consistance sur le toit. Il marcha le long du rempart qui cernait la cour intérieure du château, s'arrêtant de temps à autre dans sa promenade pour lever le regard vers le ciel ou le baisser sur l'océan qui s'étendait au-delà de la propriété. Percevant une présence ancienne et familière derrière lui, Syn tourna la tête et lança un regard au visiteur par-dessus son épaule. « Cela faisait longtemps, dit doucement Storm. Je suis heureux que tu aies retrouvé ton âme sœur. Il savait que Syn viendrait chercher Angelica, et c'était pour cela qu'il avait demandé à Zachary de la protéger tout ce temps. Syn esquissa un léger sourire. — Je vois que tu as de nouvelles recrues pour ton armée… ne sont-ils pas trop jeunes ? Storm haussa les épaules. — Pas plus jeunes que tes fils quand tu leur as offert l'éternité. — Qu'est-ce que tu veux, voyageur du temps ? Le ton qu'il employa témoignait clairement de son humeur. — Tu étais là. Tu as vu ce qui est sorti de la brèche dans le sol, enchaîna Storm. Syn lui lança un regard stoïque. — Tes petites guerres ne m'intéressent pas. Storm connaissait la vérité qui se cachait derrière ces mots. Il l'avait entendue de la propre bouche de Syn... quoique cela ne se soit pas encore produit dans la chronologie du dieu solaire. Syn lui confierait un jour que la dernière fois qu'il était entré en guerre avec quelqu'un... il avait détruit sa propre planète. La seule raison pour laquelle Syn avait partagé ce secret avec lui était due au fait que tous deux étaient des dieux. Mais pour le moment... cela lui permettait de mieux comprendre Syn. — Angelica veut protéger les humains parce qu'elle a été élevée comme l'une des leurs... au cours de ses nombreuses existences jusqu'à aujourd'hui, bien qu'elle ne se souvienne pas de ses vies passées. Tes enfants se montrent très protecteurs envers les innocents... tout comme toi, à ma connaissance, chuchota Storm. Le fait que Syn n'avait pas encore disparu de son champ de vision trahissait l'intérêt qu'il portait à ses paroles. Syn ne reprit pas le voyageur ni ne lui demanda où il avait recueilli son information. Un voyageur du temps pouvait connaître toutes les fins possibles s'il choisissait de les apprendre. Si Storm s'inquiétait au sujet du futur, il avait ses raisons pour cela. — Quelle est ta prophétie ? — Les humains cherchent toujours leur jardin d'Éden, mais ils sont si vains qu'ils ne réalisent pas qu'ils y sont déjà. Cela a toujours été de notre ressort, à nous les gardiens, de chasser les serpents. Les mortels n'ont pas la force de se protéger seuls. Si nous ne les aidons pas, les démons réduiront cette ville à feu et à sang. — Et ça ne s'arrêtera pas là, conclut Syn dans un doux murmure. Storm essuya le sang qui coulait de ses yeux. Si sa tête n'avait pas encore explosé, c'était parce qu'il conversait à l'heure actuelle avec un autre dieu, qui ne partagerait pas de secrets. — Certains des démons qui se sont échappés par cette brèche entre les dimensions ont failli détruire ce monde au cours des âges sombres... nous avons failli perdre contre eux. Storm laissa ce constat peser de tout son poids entre eux. — Je m'en souviens, dit Syn. — Alors c'est que tu te souviens aussi que ceux qui sont allés en enfer de leur propre gré protégeront le passage entre les mondes et empêcheront les démons de revenir, lui rappela Storm. Syn acquiesça. — Les frères… comment pourrait-on les oublier. — Ils sont revenus dans ce monde en pourchassant les démons fugitifs. Une fois encore, les frères ont volontairement fait vœu de débarrasser ce monde de la menace démoniaque. Il est fortement possible que toi et moi soyons les seules créatures de ce monde à pouvoir affirmer sans rougir que notre puissance est quasi égale à la leur. Renierais-tu cette vérité en accumulant ton énergie à des fins égoïstes ? — Je pourrais éloigner ma famille de cet endroit et te laisser la voie libre pour ta guerre, lui fit observer Syn. — Et je peux te donner une raison de rester, opposa Storm. Tu as trois enfants ici avec toi, aujourd'hui… mais tu en as perdu de nombreux autres à travers l'espace temporel. Je peux t'offrir de retrouver tes enfants disparus. Syn tourna la tête pour considérer le voyageur du temps, mais en remarquant le sang que cette conversation faisait couler chez lui, il regarda ailleurs. — Reprends des forces… puis nous récupérerons mes enfants. » Storm sourit quand il disparut du toit. ***** Ren entra dans son bureau privé et se laissa lourdement tomber sur le fauteuil. Ç’avait été une longue nuit et ce n'était pas parce que le soleil allait se lever dans quelques minutes que leur mission était terminée. Il y avait un autre genre de ténèbres qui sévissait, à présent. Il s'était promis de travailler seul… de ne prêter aucune attention aux autres membres de l'EEP. Mais quand il avait observé les autres qui se battaient à ses côtés, il avait pu distinguer ceux qui s'affaiblissaient au fur et à mesure que le combat avançait, de ceux qui avaient en eux la force de tenir bon et de lutter plus longtemps. Personne ne lui posa de questions quand il décida de renvoyer certains collègues au château… et quelques uns avaient même semblé lui en être reconnaissants. Il avait envoyé Hunter prendre un peu de repos quand ce dernier s'était blessé. L’Indien était d'un caractère obstiné et n'avait parlé à personne de sa blessure, mais Ren avait humé l'odeur de son sang. Trevor était presque mort sur ses pieds. Les spectres pouvaient vous aspirer votre force de vie pendant un bon moment. Par chance, certains renforts de dernière minute étaient arrivés et Ren s'était retiré, avec le besoin de s'éloigner de la rage du combat… il pouvait percevoir les émotions de chacun, ainsi que la soif de sang des démons. Une fois revenu entre les murs du château, il put se concentrer sur les divers pouvoirs qui l'environnaient et sourit. Une personne parmi eux possédait la faculté de bloquer toute émotion. S'il pouvait découvrir de qui il s'agissait, il s'empresserait d'aller lui serrer la main. Ce qui le menait également à une autre conclusion… tout le monde au château ne possédait pas un dossier à l'EEP. Ce qui était parfait, parce que lui non plus. En levant les yeux sur le haut plafond, il perçut cinq forces de vie bien distinctes au troisième étage. Il était curieux de connaître l'identité des résidents à cet étage depuis que Storm lui avait dit qu'il était interdit et impossible d'accès. Ren avait même parcouru les plans du château dans l'éventualité d'une porte dérobée, mais il n'avait rien trouvé. Il ne comptait pas perdre de temps à retirer le moindre livre rangé sur les étagères ni à cogner sur les murs du domaine pour en trouver une. Les portes secrètes restaient secrètes pour une raison précise. Si quelqu'un là-haut désirait être seul, Ren respecterait son souhait. L'air dans la pièce se mit soudain à ondoyer et Ren leva les yeux sur Storm, alors assis sur le bord du bureau. Il lança un regard irrité au voyageur temporel quand il nota le nez ensanglanté que Storm tentait d'empêcher de couler. « On est encore allé raconter des secrets, hein ? lui fit remarquer Ren sur un petit ton de reproche. Storm ignora le regard et la question de son collègue, en restant simplement assis là, jusqu'à ce que son nez cesse enfin de saigner. Après avoir jeté son mouchoir à la poubelle, il baissa de nouveau le regard sur Ren avec une expression entendue puis releva des yeux pensifs vers le plafond. — Tu te demandes comment ils sont arrivés là-haut, n'est-ce-pas ? demanda-t-il avec un petit sourire mystérieux. Ils n'utilisent pas la porte pour entrer et sortir… les fenêtres semblent mieux leur convenir. — Peu importe qui ils sont, tu sembles ravi de leur venue en ces lieux, fit observer Ren d'un air intrigué. L'expression de Storm se fit sérieuse. — Ne les sous-estime pas… ils ont leurs raisons d'être comme ils sont. S'ils souhaitent interagir avec les équipes de l'EEP, ils le feront. — Mais ils ne font pas partie des équipes, insista Ren, qui exigeait des précisions. Storm secoua la tête. — Non, en effet. — Très bien, répondit Ren avec un haussement d'épaules. QUI sont-ils ? — Les légendes parlent de gardiens originels veillant sur les passages entre les mondes. Depuis la nuit dernière, ils étaient dans le royaume des démons pour protéger le passage d'une éventuelle brèche faite de l'autre côté. » Ren hocha la tête et se renfonça dans son fauteuil en se disant qu'il en avait fini avec les questions, vu que Storm avait déjà rompu son vœu de silence récemment. Ses yeux commençaient à le brûler sous le manque de sommeil mais il savait qu'il ne pourrait pas se reposer avant un bon moment. Chapitre 2 Zachary s'accouda à la rampe d'escalier au sommet des marches, les yeux baissés sur l'étage principal. Il se raidit complètement quand il aperçut l'un des plus jeunes et tout nouveaux membres de l'EEP… Tiara. Elle avait toujours compté comme un membre non-officiel de l'équipe, même si dans son enfance elle n'avait possédé aucun pouvoir ni n'était jamais partie en mission. Grâce au pouvoir de nécromancie de sa mère, Tiara avait gravité autour de l'EEP toute sa vie. Il avait appris auprès de certains agents que c'était comme une fille de militaire... en mieux protégée. Tandis que ses parents partaient se battre, l'enfant se retrouvait habituellement mise en lieu sûr... en général, dans une chambre d'hôtel surveillée par la CIA. Être différent induisait bien des conséquences... parfois c'était le dernier de votre espèce qui vous rendaient la vie plus difficile que la plupart des gens. Cela ne faisait souvent qu'endurcir les instincts les plus forts... comme celui qui impliquait de survivre et de protéger ses enfants. Chaque agent de l'EEP avait ses ennemis... c'était l'un des inconvénients de la vie d'un tueur de démons entraîné à ces fins. Ces mêmes ennemis avaient appris depuis longtemps que le moyen le plus rapide d'attirer l'attention de leur rival était d'enlever leur enfant. En l’occurrence, c'était un démon ayant enlevé l'enfant d'un agent de l'EEP qui les avait mis sur le pied de guerre. Les leçons étaient difficiles à tirer et les enfants gardés en isolement, le prix à payer. D'après les observations de Zachary, Tiara avait figuré comme l'un des enfants les plus surveillés de l'organisation. Il ne l'avait vue que deux fois et pourtant, il possédait le niveau supérieur d'autorisation pour cela. Enfin, ce manque de contact pouvait être imputé au fait qu'au cours de ces dix dernières années, il avait fait des pieds et des mains pour éviter sa mère… Myra. Mais Tiara avait toujours quelqu'un pour la suivre comme son ombre, pour observer le moindre de ses faits et gestes, surtout s'il lui arrivait de s'aventurer dehors, pour que le reste de l'organisation garde un œil sur elle. Suite à la mort de Myra deux semaines plus tôt, son équipe s'était dispersée dans d'autres secteurs de l'EEP, comme le voulait la tradition à la mort d'un chef de groupe. En faire une règle d'or avait coupé court aux distractions et complications… du moins c'est ce qu'il avait entendu dire. Lui-même était plutôt un travailleur indépendant, un tueur à gages, et il travaillait mieux seul. Angelica avait été la seule personne constante dans sa vie parce qu'elle pouvait voir qui se cachait vraiment derrière le masque qu'il portait... ce masque qui portait chacun à croire qu'il jouait la comédie. Les dons de nécromancie de Myra étaient passés chez son unique enfant au moment précis de sa mort. Tiara avait pris les rênes et s'était déclarée comme un membre de premier ordre en arrivant ici. La rapidité avec laquelle elle acceptait la mort de sa mère lui semblait un peu étrange... plus d'un l'aurait crue encore en période de deuil. Zachary avait assisté plusieurs fois aux performances de sa mère. C'était un adolescent à cette époque, alors âgé de seize ans. Il se souvenait encore de la première fois où il avait vu Myra ressusciter les morts. Elle l'avait fait afin de localiser un démon, qui avait tué la victime qu'elle avait ramenée. Zachary frissonna en se remémorant cette fameuse nuit... cela l'avait rempli de crainte et de questions sur la mort. Cette nuit hantait encore ses rêves. Myra avait été la plus belle et mystérieuse femme qu'il lui avait été donné de rencontrer, et il avait éprouvé de l'attirance pour elle... comme de nombreux hommes. Il avait vu bien des collègues supplier pour être intégrés à son équipe pour la nuit, dans l'espoir de réussir à coucher avec elle. La rumeur voulait que ceux qu'elle choisissait acquéraient bien plus que le simple statut d'amants ou d'aventures d'un soir... cette intimité marquait également le début d'une profonde amitié qui maintenait le groupe soudé, même entre deux missions. Il était presque impossible d'entrer dans son équipe parce que les hommes ne la quittaient jamais volontairement... seulement dans une housse mortuaire. Les membres de l'EEP alors mariés n'avaient jamais été autorisés à l'accompagner en mission, une interdiction passée à l'état de loi, et encore moins à devenir un membre à part entière de son équipe habituelle. Les morts paraissaient attirés par elle eux aussi, comme subjugués par un chant de sirène. Malheureusement, les démons étaient également sujets à cette séduction. C'était d'ordinaire un puissant démon qui réveillait les morts, et quand ses serviteurs étaient rappelés à leurs tombes, ce même démon les suivait afin de découvrir qui les lui extorquait. C'était la raison pour laquelle Myra n'était jamais laissée toute seule dans les cimetières, dans les funérariums, ou dans les morgues. La troisième fois où Zachary avait été choisi pour faire partie de son équipe, il était arrivé plus tard que prévu, après avoir été surpris par un autre démon au cours d'un affrontement. Quand il était entré dans le cimetière, il avait été témoin de quelque chose qu'il savait n'être pas censé voir... même à cette distance. Myra venait alors de replonger le cimetière dans son sommeil, quand sa nécromancie avait été captée par un démon très puissant. Les autres membres présents de l'EEP avaient aussitôt sombré dans l'inconscience, assommés par une force invisible. Zachary était encore jeune à cette époque-là, avec seulement quelques démons vaincus à son actif, et il avait aussitôt trouvé refuge derrière une tombe… indécis quant à la réaction à adopter. La puissance qui émanait alors du démon était quelque chose d'inédit pour lui, et il savait que cette créature devait figurer comme l'un des rares maîtres démons foulant encore cette terre. Après quelques minutes pendant lesquelles il ne se passa rien, il rassembla tout son courage et contourna discrètement la pierre tombale. Les ombres se tordaient devant Myra, piaffant presque d'impatience. Ce fut à ce moment-là qu'un homme beau et élancé à la longue chevelure argentée qui ressemblait beaucoup à Myra surgit des ténèbres. Malgré la distance qui les séparait, Zachary avait pu déchiffrer le regard que le démon avait posé sur Myra… un regard affamé, comme s'il voulait la dévorer. Le démon s'était alors approché de la nécromancienne, qui n'avait fait que renvoyer zombies et fantômes à leur repos. La panique qui avait envahi l'esprit de Zachary s'était complètement emparée de lui, et le feu avait jailli de ses mains dans un accès de rage. Il s'était relevé de sa cachette, se ruant dans un élan de désespoir vers la scène dans l'intention de sauver la jeune femme qu'il était censé protéger. Zachary n'avait pas voulu que le démon fasse de mal à Myra et était tout à fait déterminé à la secourir, même s'il devait brûler tout le cimetière pour cela. Cependant, le démon avait eu autre chose à l'esprit. Tournant lentement la tête vers Zachary, il avait plongé ses yeux argentés fascinants dans ceux du jeune homme. À la grande horreur de Zachary, le feu dans ses mains lui avait échappé… ainsi que le contrôle de son propre corps. Bien que résistant de toutes ses forces, il avait heurté le sol, incapable de bouger ou de parler. La première pensée qui lui traversa l'esprit sur le moment fut qu'il était toujours conscient... contrairement aux autres hommes qui jonchaient le sol du cimetière, et il se dit aussi qu'il avait un parfait point de vue sur ce qui allait se produire. Myra avait laissé le démon la toucher… et semblait l'accueillir d'un sourire séducteur, une main sur le torse de ce dernier. Elle avait même appelé le démon par un nom... Deth. Ils s'étaient aussitôt déshabillés et Zachary avait regardé le démon s'allonger pour revendiquer le corps de Myra. Ils avaient fait l'amour contre la pierre tombale plusieurs fois avant que le démon ne murmure quelque chose à l'oreille de son amante, ce qui avait poussé celle-ci à lever vers lui un regard empli d'amour. Ils avaient échangé un dernier baiser avant que le démon ne s'évanouisse dans la nuit. Zachary avait vu Myra tourner lentement la tête vers lui pour le regarder... elle savait depuis le début qu'il était resté là à les observer. Sans une parole, elle avait rassemblé ses affaires et s'était revêtue avant d'attendre que le reste de l'équipe reprenne conscience. Zachary avait recouvré l'usage de ses membres seulement deux minutes après et s'était assis, sans bouger de l'endroit où il se trouvait... aussi loin que possible de Myra sans pour autant s'en aller, et en continuant de la dévisager en silence. Elle était toujours aussi jolie et arborait même un doux sourire. Il ne comprenait pas... il ne comprenait rien à tout cela. Quand les autres s'étaient réveillés, ils n'avaient plus eu aucun souvenir de la chose qui les avait attaqué et, quand ils l'interrogèrent à ce sujet, Myra se contenta d'expliquer que tout était resté calme et que « l'attaque » n'avait été rien de plus qu'un violent retour d'énergie suite au retour des morts dans leur tombes. Zachary ne parla jamais à quiconque de ce qu'il avait vu cette nuit-là. Néanmoins, sa confiance en Myra avait volé en éclats. Il s'était même efforcé de réclamer d'autres missions pour ne pas avoir à la croiser. Il avait même effectué une recherche sur le démon qu'elle avait retrouvé au cimetière, et découvert qu'il ne s'était pas trompé... Deth était bel et bien un démon ancien. Celui-ci aurait pu tous les tuer cette nuit-là s'il l'avait désiré, parce qu'il avait déjà tué par le passé... et à de nombreuses reprises. De toute évidence, Myra jouait dans les deux camps... et avait franchi une ligne qu'aucun membre de l'équipe n'avait jamais osé franchir. Il avait trouvé assez ironique le fait qu'elle ait péri entre les mains d'un démon… ou du moins c'est ce que racontait la légende. Apparemment, franchir cette ligne menait à des conséquences désastreuses. À sa mort, Zachary refusa d'éprouver cette tristesse qui tentait de s'immiscer dans son cœur… compter un traître dans leurs rangs était la dernière chose qu'il fallait à l'EEP. S'arrachant à l'étreinte des souvenirs, Zachary regarda Tiara traverser la vaste salle qu'il surplombait, écoutant au passage le doux tintement des clochettes indiennes à sa cheville, curieux de savoir à quel point elle ressemblait à sa mère. Elle aurait pu être le double de sa mère... en plus jeune. C'était une enfant dans le corps d'une femme, encore pleinement innocente de toute cette violence autour d'elle, tout en en ayant conscience. Elle avait une peau dorée dénuée de défauts et les grands yeux d'une enfant innocente. Cette innocence était en quelque sorte contredite par des lèvres pleines et boudeuses qui suscitèrent en Zachary le désir de les embrasser. Alors qu'il la regardait, il comprit qu'il se trompait... la beauté de sa mère n'arrivait pas à la cheville de celle de Tiara. Le simple fait de la regarder le mettait dans la peau d'un voyeur, mais au lieu de reculer hors de sa vue, il l'observa encore plus attentivement. Par sa tenue, on aurait juré qu'elle sortait tout droit de la caravane d'un clan de gitans perdu dans le temps. Myra avait adopté ce style vestimentaire de son vivant. Il en conclut que c'était une tradition chez cette lignée de nécromanciennes. Ce soir, son haut n'était rien de plus qu'un foulard noir et carré plié de forme triangulaire et noué autour de sa poitrine, laissant ses flans et son dos nu pour montrer sa peau à la séduisante perfection. Sa jupe tombait très bas sur ses hanches mais recouvrait tout le bas de son corps jusqu'à ses chevilles. Des portes s'ouvrirent autour d'elle et des gens affluèrent des quatre coins du château, pour traverser la pièce principale que Zachary voyait toujours du dessus, et il reprit une contenance sérieuse face à cette distraction. Le portable de Zachary vibra et il le sortit pour lire le texto que Storm venait de lui envoyer. « Réunion dans le bureau de Ren, amène Jason avec toi. » « Comment suis-je censé m'y prendre, en lui faisant respirer des sels ? grommela Zachary entre ses dents, tout en rangeant son portable. Tournant de nouveau le regard vers l'infirmerie, il cligna des yeux éberlués quand la porte s'ouvrit et que Jason passa la tête dans le couloir. Il haussa un sourcil stupéfait en se demandant si Storm passait son temps à aller et venir dans l'existence pour provoquer les événements sur la bonne chronologie. Rien que d'imaginer comme une simple journée pouvait devenir très longue pour un voyageur du temps lui donnait la migraine. Mais encore une fois, si quelque chose se passait mal, Storm pouvait-il revenir dans le passé et arranger les choses s'il le désirait ? — Content de voir que tu es réveillé, lui dit Zachary en souriant. J'espère que tu as dormi sans faire de cauchemar ? Jason traversa le reste de la pièce pour s'approcher lentement de Zachary. — Ouais, je me sens beaucoup mieux maintenant que la marque de mort a disparu. Il baissa les yeux sur l'activité en deçà d'eux, et lui demanda : Qu'est-ce qui se passe ? Zachary posa son bras sur les épaules de Jason et l'attira vers l'escalier. — Tu veux voir quelque chose de très cool ? Jason haussa les épaules. — Bien sûr, pourquoi pas ? — Bien, répondit Zachary avec un petit sourire narquois. Ta présence a été requise par notre patron… ta première réunion officielle à l'EEP. Jason eut l'air perplexe. — Mais je ne suis pas un agent de l'EEP. Zachary sourit d'un air facétieux. — Soit tu nous rejoins, soit tu te retrouves avec une belle amnésie. Jason s'écarta soudain de Zachary avec une expression inquiète. Levant les mains en signe de reddition, il capitula : — Après toi. » Quand Zachary se mit à rire avant de descendre l'escalier, Jason n'eut d'autre choix que de le suivre... bien qu'à une distance raisonnable. ***** « J'ai quelque chose pour toi, annonça Storm en sortant une petite clef USB de la poche de sa chemise. Ren la lui prit des mains et la connecta à l'ordinateur. Il sourit en voyant cette carte même qu’il avait créée... seulement, elle avait été actualisée. Là où la carte originale ne contenait que quelques spots focalisés sur la centralisation des pouvoirs répertoriés, celle-ci ressemblait à un Lite-Brite pour enfant en accéléré. Des lumières de différentes couleurs illuminaient chaque point de la ville et s'étendaient à l'extérieur vers les quartiers mal famés, la réserve naturelle, et même les plages… ils étaient partout maintenant. — Où as-tu trouvé ça ? interrogea Ren avec étonnement, en se levant lentement de son fauteuil pour avoir un meilleur aperçu de l'immense écran sur le mur. Storm baissa les yeux sur ses ongles et les examina avec grand intérêt. — Toi. Avant que Ren ne puisse dire quoi que ce soit, les portes de son bureau s'ouvrirent brusquement et quelques membres de l'organisation revenus au château firent leur entrée. Ren sentit toute cette accumulation d'énergie dans la pièce et lutta pour garder son propre pouvoir sous contrôle. Bien que son visage exprimait l'ennui, il n'était pas loin de la panique en son for intérieur. Cherchant à atteindre le pouvoir bloquant qu'il avait perçu plus tôt, Ren s'y cramponna et sentit son monde se stabiliser de nouveau. Il fit un petit salut de la tête à Zachary alors que ce dernier les rejoignait dans le bureau, lui et Storm. Zachary promena lentement son regard sur les personnes réunies là, avant de sauter aussitôt à l'endroit où Tiara se tenait, juste pour se prouver qu'il en était capable. Ce qui était bien plus difficile qu'il ne le pensait. Quand son regard revint se poser sur elle, il nota son tressaillement et elle détourna précipitamment le sien, pour le tourner vers Storm. Zachary fronça les sourcils et croisa les bras, intrigué à l'idée de connaître la raison d'une telle réaction face à lui. Jason regarda autour de lui à la recherche d'Angelica et fut déçu de ne pas la voir dans ce groupe à l'allure exotique. Il reprit rapidement son poste contre le mur en jurant avoir vu un type se téléporter dans la pièce à l'instant même. Une seconde plus tôt, l'endroit à côté de lui était vide... et la suivante, il était occupé. Guy chercha immédiatement Tiara du regard et tenta de réfléchir à la meilleure façon de l'approcher, grâce au plan qu'il avait monté. Il venait de passer les deux dernières heures à fouiller de fond en comble sa chambre et celle de Carley pour tenter de trouver un sortilège à des fins précises. Alors qu'il laissait libre cours à sa rage mêlée de chagrin, il s'était souvenu de la fois où il avait vu Carley traverser en titubant leur chambre avec l'une de ses « acquisitions », comme elle appelait alors les parchemins qu'elle avait volés. Tous deux s'en étaient quelque peu amusés à l'époque, croyant n'avoir jamais besoin de ramener les morts à la vie un jour. Le sort était ancien et avait été retranscrit d'après un texte lui aussi ancien... un sortilège pour ramener les morts à la vie. Dans ce cas particulier, cependant, cela ne ferait que mettre l'esprit en contact avec le monde des humains, tout en restant lié au monde des esprits. En bref, Carley deviendrait un spectre. Guy savait qu'il y avait une autre partie de la magie qui permettrait à Carley de réinvestir son corps mais la nécromancie était nécessaire pour que cela fonctionne. Tiara était la seule à pouvoir l'aider à ramener Carley... il fallait le pouvoir de Tiara pour relier l'âme de sa sœur à son corps. Tiara sentit un regard posé sur elle et leva les yeux en se demandant s'il s'agissait de Zachary. Contre toute attente, elle découvrit Guy, qui la dévisageait d'un air déterminé. Elle soutint calmement son regard, en comprenant ce qu'il avait à l'esprit. Elle avait entendu parler de la mort de sa sœur et espéra qu'il changerait d'avis. Sa mère avait souvent été approchée par les proches de malheureux ayant trouvé la mort par devoir. Elle allait devoir l'éviter pendant un moment... du moins jusqu'à ce qu'il abandonne son idée. « Ravi que vous ayez tous pu venir, accueillit Storm une fois les portes refermées. J'ai de bonnes et de mauvaises nouvelles. Il fit un signe de tête vers la grande carte informatisée sur le mur. Voici les mauvaises nouvelles, ajouta-t-il. De nombreux murmures parcoururent la foule. — Et quelles sont les bonnes nouvelles ? intervint Trevor, depuis le pas de la porte, alors qu'il entrait dans le bureau. — Les bonnes nouvelles, c'est que les démons les plus puissants sont des êtres rusés. Ils sont simplement revenus dans ce monde et, comme ils ne sont pas stupides, ils ne s'éloigneront pas d'eux-même en vue de succomber à leur folie meurtrière. Par le passé, les maîtres démons aimaient contrôler les humains... et non les tuer. Ils vont commencer par s'installer et tenter de revendiquer un territoire. J'ai bon espoir que certains d'entre eux iront même jusqu'à s'entre-tuer afin d'affirmer leur ascendance dans un secteur et que cela réduira leur terrain de jeu. — Es-tu en train de dire qu'ils sont en train de stagner dans cette zone de la ville au lieu d'envahir d'autres états ? demanda quelqu'un posté près de la fenêtre. Pourquoi feraient-ils ça alors qu'il serait plus avisé de foutre le camp ? — Quelque chose les empêche de s'éloigner de cet endroit, répondit Storm en désignant la carte. La zone que vous voyez ici, et qui s'étend sur une centaine de kilomètres dans toutes les directions. Il décida de changer de sujet. — J'ai encore de bonnes nouvelles à vous annoncer : le tremblement de terre et les changements étranges dans la météo contraignent certains humains à quitter la zone de danger. Je dois tirer une ou deux ficelles pour finalement faire dire à la presse que cette série de tremblements de terre qui se sont fait sentir plus tôt dans la soirée sera peut-être suivie par un plus gros... LE gros, pour ainsi dire. Néanmoins, nous savons tous que ce n'est pas le cas. Nous ne voulons pas attirer trop d'attention sur L.A., mais si nous pouvons obtenir que dix pour cent de la population humaine quitte spontanément cette zone, cela nous facilitera beaucoup la tâche. Je travaille également sur un système de modification météorologique, afin de créer un ouragan et de le pousser à s'approcher dangereusement près de la côte un certain temps. Cela pourrait pousser plusieurs autres habitants à quitter la ville. — L'alarme poussée à son maximum, approuva quelqu'un dans l'assemblée. Storm acquiesça. — Nous devons tenter de maintenir tout cela le plus possible loin de l'attention des mortels. J'aurais besoin que vous alliez tous surveiller quiconque possédant un enregistreur ; ceux qui parmi vous sont capables de faire des lavages de cerveau devront le faire deux fois plus que d'habitude pour limiter les dégâts. Tous les appels d'urgence au 911 sont également surveillés. Et ne baissez pas votre garde. C'est dangereux là-bas... nous avons perdu plusieurs membres de notre organisation la nuit dernière, acheva-t-il doucement en regardant Guy. Guy soutint le regard de Storm, le défiant par là d'essayer de le mettre sur la touche sous prétexte de lui laisser une période de deuil appropriée. Ce dont il avait réellement besoin, c'était d'une vengeance, et sortir affronter les démons était pour lui la seule manière d'en finir avec tout ça. Zachary s'appuya contre le bord du bureau, les mains dans les poches. — J'étais là… tout ce qui est sorti de cette brèche dans le sol la nuit dernière n'était pas uniquement d'essence maléfique. Storm acquiesça. — Oui, c'est peut-être la seule bonne chose qui ressort de tout ce chaos, d'ailleurs. Quand Misery a ouvert ce passage, elle n'a pas seulement libéré des démons, mais aussi un certain nombre de déchus, ainsi que quelques autres créatures qui sont dans notre camp, heureusement. — Comme qui ? releva Trevor. — Comme ceux qui protègent le passage de l'autre côté, intervint une nouvelle voix du fond de la pièce. Chacun se tourna vers la voix. Un jeune homme qui ne semblait pas avoir plus de dix-huit ans s'appuyait au mur du fond, les bras croisés sur sa poitrine. Ses cheveux noirs semblaient ébouriffés par le vent et, sous une certaine lumière, brillaient d'un reflet violet. Quand il ouvrit les yeux, ils étincelèrent, yeux dont les couleurs se mélangeaient, semblables aux éclats d'une pierre de tourmaline brillant de mille feux, contraignant de nombreuses personnes réunies dans le bureau à détourner les yeux. — Qu'est-ce que tu es ? demanda Ren, étonné de ne sentir aucun pouvoir émanant de l'aura du nouveau venu. Le jeune homme sourit d'un air narquois. — Pour les démons… je suis le croquemitaine. — Voici l'un de nos alliés, qui vient de l'autre côté, répondit Storm. Kamui et ses... frères occuperont le troisième étage. — Je croyais que le troisième étage était interdit d'accès ? questionna Trevor. Comment ont-ils réussi à y monter ? Le jeune homme se mit à léviter de plusieurs pieds au-dessus du sol et fit un clin d’œil au métamorphe. — Un gamin qui peut voler… super, répliqua Trevor en secouant la tête avec dédain. Cela nous sera d'une grande aide. Kamui sourit avec suffisance. — Je suis plus vieux que le premier né de ton espèce. Nous n'avons pas été poussés dans ce canal contre notre volonté... nous y sommes allés de notre plein gré, en sachant exactement ce dans quoi nous mettions les pieds. Et il y avait bien plus de démons de ce côté-là de la crevasse que du vôtre. Nous avons empêché notre côté du passage d'être ouvert... comment t'y es-tu pris, toi ? Ren haussa un sourcil amusé, en se disant qu'il appréciait déjà ce garçon. Il dut tousser en se couvrant la bouche de la main pour se retenir d’éclater carrément de rire devant la tête de Trevor, mais il n'eut pas à se donner cette peine car plusieurs autres membres riaient déjà ouvertement et sans la moindre sympathie. — La plupart des démons à ce jour se sont éparpillés dans toute la ville et se cachent, avança Zachary qui vouait ramener l'attention générale sur le sujet de leur réunion. Ceux qui présentent le plus de danger d'être vus ou d'attaquer les humains sont des spectres qui ont été invoqués. — Je hais ces choses, grogna Trevor, incapable de réprimer un frisson. Quand ils passent à travers vous, c'est très douloureux. Zachary hocha la tête. — Ils sont nombreux à rôder dans chaque cimetière de la ville, et ils représentent un véritable danger pour les humains. Hunter peut les tuer, mais un seul à la fois. Il fit une pause pour réfléchir. En fait, tuer n'est même pas le mot juste, se reprit-il. — J'aimerai leur botter le cul, mais je ne peux même pas les toucher, se plaignit Trevor. — Tu serais contrarié toi aussi si ton repos éternel était interrompu par un démon qui veut te ramener pour seulement te mettre en esclavage, fit observer une jeune femme aux longs cheveux argentés. Ils ne font qu'exprimer cette colère… ce n'est pas personnel. — Tiara, dit Storm, la nommant pour toutes les personnes réunies dans la pièce qui n'avaient pas encore eu l'occasion de la rencontrer. Je suis heureux que tu sois venue, et je suis navré pour ta mère. — Merci, répondit Tiara, mais son regard était posé sur Trevor. Tu les attires parce que tu as en toi les vies de bon nombre d'animaux. Elle s'arrêta devant lui et retira un poignard de sa ceinture, faisant tressaillir Trevor à ce geste rapide. Elle sourit avec douceur avant de continuer : Voilà, tu peux utiliser cette arme pour te protéger d'eux. — Est-ce que cela les tuera ? interrogea Trevor, qui saisit prudemment la dague avant de la lever devant ses yeux pour mieux la regarder. — Ils sont déjà morts, répondit calmement Tiara comme si elle parlait à un enfant. C'est un moyen de les délivrer... et non de les tuer. Le visage de Trevor s'assombrit, mais il ne rendit pas la dague. Il savait ce dont étaient capables ces créatures et il accepterait toute l'aide qu'on lui proposerait. — Merci, répondit-il en glissant l'arme dans sa ceinture et en recouvrant la garde du bas de sa chemise. — Tiara, es-tu sûre d'être prête pour ça ? demanda Storm qui ne voulait pas lui mettre la pression en sachant que ce serait sa première fois. Les vampires et les spectres ne sont pas les seules créatures à nous attendre au-dehors... des zombies ont été vus partout là-bas. Sans parler des maîtres démons et des choses pour lesquelles nous n'avons pas de nom... nous ne savons pas ce qu'il y a d'autre là-bas. — Je suis prête, répondit Tiara en levant le menton, en un petit signe de défi. Elle tenta de garder à l'esprit que Storm pensait qu'elle n'avait acquis son pouvoir qu'à l'issue de la mort de sa mère, et en un sens c'était vrai. Elle venait d'hériter des dons de Myra mais était capable de voir des fantômes depuis le jour de sa naissance. Zachary s'écarta du bureau d'un air perdu, tandis qu'il réalisait quelque chose. — Es-tu en train de dire que ce sera la première fois qu'elle utilisera ses pouvoirs ? — Oui, le don de nécromancie ne peut être passé à l'enfant que lorsque le parent pourvu du pouvoir en question meurt… Tiara ne possède ces pouvoirs que depuis deux semaines, expliqua Storm. Tiara leva les yeux vers Zachary… cette fois-ci en soutenant son regard sans la moindre crainte. S'il avait un problème avec elle, alors elle voulait crever l’abcès ouvertement maintenant au lieu de laisser planer le problème au-dessus de sa tête plus tard. S'il fallait pointer du doigt quelque chose ou quelqu'un, alors elle préférait qu'il y aille franchement et lâche le morceau. — Et tu vas l'envoyer là-bas toute seule ? demanda brusquement Zachary qui n'aimait pas cette idée. Sa mère avait utilisé la nécromancie pendant des années et avait eu une équipe de combattants à ses côtés. Et comme Storm venait de le faire remarquer... elle était morte entre les griffes d'un démon deux semaines plus tôt. — J'irai, intervint Trevor avec un sourire, la paume de sa main appuyée contre le manche de la dague. Aussi longtemps que cette chose fera ce que Tiara dit qu'elle fera, je ne vois pas de problème à garder un œil sur elle. Zachary regarda Trevor, en repensant à la manière dont le métamorphe avait été distrait d'Envy ces derniers temps. Ce n'était pas un bon choix, pour le pyrokinésiste. — Jusqu'à ce que Tiara choisisse sa propre équipe, je propose que pour commencer, Trevor et Zachary l'accompagnent. Zachary sera chargé de la direction de l'équipe et il peut également figurer comme renfort au cas où quelqu'un la surprenne à ramener l'ordre dans les cimetières. Il peut facilement effacer leur mémoire, déclara Storm. Tiara écarquilla les yeux une fraction de seconde en entendant dire que Zachary serait en charge de son équipe. Myra lui avait raconté il y avait longtemps de cela que Zachary l'avait surprise avec Deth… qu'il avait gardé son secret toutes ces années. Myra lui avait désigné Zachary une ou deux fois au fil des ans, mais cela n'avait fait que susciter chez elle une crainte puérile et un respect grandissant pour l'homme qui connaissait le secret de sa mère. Zachary se détendit un peu maintenant qu'il savait que Tiara ne serait pas seule au-dehors, au cours de cette nuit. Cela le surprit de constater à quel point il se sentirait plus tranquille en se sachant à ses côtés en cas de problème. — Je vais les rejoindre, annonça Guy. Tiara éprouva un sentiment de malaise à ces mots, car elle connaissait la véritable raison de cette idée de l'accompagner. Sans un regard pour Guy, elle se tourna vers Storm. — Je n'ai besoin que de trois coéquipiers pour le moment, et l'un d'eux ne doit pas posséder de pouvoir. L'expression de Guy s'assombrit devant ce refus de Tiara de le laisser rejoindre son équipe… Elle mentait. Cet échange silencieux entre eux n'échappa pas à Zachary, qui en fut intrigué. Il n'était pas certain des motivations de Guy quant à son envie soudaine d'intégrer aussi vire une nouvelle équipe... mais encore une fois, ce n'était pas comme s'ils pouvaient se payer le luxe de prendre des congés pour deuil. Si ç’avait été le cas, plus personne ne viendrait travailler. Storm acquiesça, comprenant que Guy n'était pas le bienvenu dans le groupe de Tiara. — Alors ne me reste plus que l'homme sans pouvoirs pour le poste. — Qui ? demanda Trevor avec suspicion. Il appréciait Guy et avait déjà vu sa magie en action. Il était un peu déçu de savoir qu'il n'allait pas les rejoindre. — Jason, appela Storm en tendant la main vers l'homme qui se tenait à l'arrière du groupe. — Oh certainement pas ! s'exclama Jason avec une expression stupéfaite. Je n'irai pas chasser ces trucs morts. Si vous me posez la question… c'est bien plus intelligent de les fuir. Zachary haussa les épaules. — OK, fais comme tu veux. Mais tu connais l'alternative. Jason recula en titubant, se cognant au passage à l'inconnu aux cheveux violets, tandis que Zachary s'approchait de lui une main tendue vers son front. — D'accord, d'accord, capitula Jason en levant les deux mains pour empêcher Zachary d'aller plus loin. J'irai. Baisse... ta main. Zachary esquissa un petit sourire satisfait et posa une main ferme sur l’épaule de Jason, agissant comme si c'était ce qu'il allait faire depuis le début. — Je savais bien que tu ne nous laisserais pas tomber. — Va te faire voir », grommela Jason, ce qui fit arracha à Kamui un reniflement amusé. Chapitre 3 « Nous devons attendre jusqu'à l'aube, dit Tiara, en regardant vers la fenêtre, incapable de faire face à la déception rageuse de Guy ou à la démonstration d'autorité de Zachary envers elle. Elle était assez nerveuse comme ça. — Pourquoi attendre ? demanda Jason, qui n'aimait guère l'idée de sortir dans l'obscurité à la poursuite de démons, de fantômes ou de quoi que ce soit d'autre que la demoiselle voulait pourchasser. — Bonne question, intervint Trevor. Je suis totalement pour l'idée de sortir chasser ces choses mais y aller quand il commence à faire sombre revient à se balader avec une grosse pancarte affichant « Dîner Gratuit ». — Parce que c'est le moment où les morts commencent à se réveiller, répondit Tiara. Ils sont à leur désavantage à cause de la lumière du jour, qui neutralise leurs ténèbres. Cette faiblesse n'a pas disparue... cela ressemble beaucoup à la faiblesse que tu ressens quand tu te réveilles le matin. C'est la même chose pour eux, excepté que ce sont des êtres nocturnes. Trevor sourit d'un air malicieux, en repensant à ses matins en compagnie d'Envy. — Je ne suis pas faible le matin. La personne qui t'a dit ça doit vérifier ses sources. — Qu'est-ce qu'il y a, tes ex-petites amies répandent encore des rumeurs sur toi ? ironisa Zachary d'un air faussement perplexe, ce qui fit sourire quelques personnes dans l'assemblée et lui valut un regard assassin de la part de Trevor. Cela faisait plaisir de constater que la plupart des membres de l'EEP avaient encore leur sens de l'humour. — Quant aux autres équipes, conclut Storm en levant les yeux vers la grande carte, je suis certain que vous réussirez à vous occuper. » Tout le monde se regarda, chacun connaissant le travail qui lui était imparti. La porte s'ouvrit et Kamui fut le premier à quitter la réunion, sans prendre la peine de refermer la porte derrière lui. C'était le signe que certains des membres les plus curieux de l'organisation attendaient, et ils se précipitèrent dehors pour tenter de découvrir comment le petit nouveau s'y prenait pour accéder au troisième étage. S'ensuivit rapidement un échange de paris sur la nature des pouvoirs que possédait Kamui. Storm eut un petit rire quand il entendit quelqu'un suggérer en grognant que le nouveau se volatilisait dans les airs, puis de l'argent changea de main. Ce grognement fut immédiatement suivi d'un bruit sourd et retentissant et de cris à l'étage, et les agents levèrent les yeux vers le plafond de la salle principale quand son lustre s'agita. « KAMUI, ESPECE DE CONNARD ! » tempêta soudain à travers tout le château une voix furieuse. L'attention de tous fut attirée par une lumière qui jaillit tout à coup par la fenêtre de façade, rivalisant avec celle du soleil, qui entrait déjà à flot dans la pièce. Les membres de l'organisation se ruèrent à l'extérieur juste à temps pour voir deux comètes voler de façon erratique au-dessus de leurs têtes vers l'océan, avant de redescendre assez lentement vers eux pour être vraiment visibles. Ils se déplaçaient à une allure si rapide qu'ils provoquaient un orage tonnant avec violence dans leur sillage tandis qu'il brisaient le mur du son. Le jeune homme présent lors de la réunion reculait à tire-d'aile, les yeux écarquillés de ce qui ressemblait à de la peur et rivés sur l'homme trempé et furieux aux ailes argentées qui le poursuivait. — Je te le jure Toya, je ne voulais pas apparaître dans la douche avec toi dedans ! s'excusa Kamui pour désamorcer la colère de son frère. La longue chevelure noire striée d'argent de Toya fouetta l'air autour de lui alors qu'il suivait les mouvements de Kamui, tandis que Kamui faisait de son mieux pour rester hors d'atteinte. — Ouais, c'est ça, tu ne voulais pas ! hurla Toya en notant que la bouche de son frère se tordait sous l'approche d'une crise d'hilarité. Trevor regarda les deux hommes voler en effectuant des cercles vertigineux au-dessus d'eux, avant de repérer une troisième personne du coin de l’œil. Levant les yeux vers la terrasse du troisième étage, il y découvrit un homme aux longs cheveux argentés qui foudroyait du regard les deux autres, les bras croisés. — Qui est-ce ? demanda Trevor avec curiosité. — L'actuel patriarche de la famille… son nom est Kyou, le renseigna Storm, qui était sorti assister à l'amusant spectacle. Et ces deux comiques qui forment le clou du spectacle sont Toya, le deuxième aîné, et Kamui, le benjamin. Il avait pensé que les frères seraient restés entre eux mais... les gardiens n'avaient jamais été du genre prévisible. — Ils sont de la même famille ? s'enquit Ren, en sentant que l'influence apaisante exercée un peu plus tôt sur son pouvoir, celle qu'il avait aspirée, provenait de Kyou. Il haussa son sourcil droit en remarquant que le sentiment de calme qui l'habitait jusqu'ici chancelait à présent, mais heureusement, il gardait tout de même un bon équilibre émotionnel. — Ils sont frères, cinq pour être précis, lui répondit Storm. L'homme aux cheveux argentés que Storm avait désigné comme l'aîné de la fratrie et nommé Kyou baissa un visage très sérieux sur le groupe d'humains en dessous de lui, comme si ces inconnus rassemblés sur la pelouse étaient les seuls responsables de cet incident. — WOUAH ! s'écria quelqu'un parmi eux, alors que Toya frappait Kamui au ventre d'un coup de poing, projetant ainsi son plus jeune frère en arrière… droit vers Kyou. Il y eut quelques ricanements, alors que Kamui percutait Kyou de plein fouet, les propulsant tous deux violemment à l'intérieur de la bâtisse et hors de vue. — OUI ! hurla Toya en brandissant le poing en l'air, flottant devant le balcon. Deux pour le prix d'un. Avec un petit sourire arrogant, il retourna à l'intérieur par les portes fenêtres et tout redevint extrêmement silencieux. — Je suppose que c'est fini, lança Zachary avec un haussement d'épaules. Storm sourit d'un air taquin. — Attends un peu… Soudain, deux fenêtres au troisième étage explosèrent, et ce de chaque côté du château. Toya partit dans une direction et Kamui dans l'autre. Storm ne put s'empêcher de rire, car il savait qu'ils étaient deux à fuir la colère de Kyou, maintenant. — D'accord, dit Jason après un petit moment. Rappelez-moi encore une fois ce que je peux bien foutre ici en votre compagnie, les gars ? Trevor donna une claque sur l'épaule de Jason. — Tu servirais encore d'appât à démon, avec un joli tatouage sur la cheville. — Si je vais dans un cimetière cette nuit, cela veut dire que je suis encore un appât, non ? rétorqua Jason, qui avançait plutôt un constat qu'une question. — Ouais, j'imagine, répondit Trevor en souriant, comme s'il venait de voir l'un de ses vœux se réaliser. Et dis-toi simplement que... je ferai partie de ceux qui te protégeront. — Oh chouette ! s'exclama un Jason pince-sans-rire avant d'ajouter en fronçant les sourcils : Tu n'es toujours pas en deuil après avoir perdu Envy, pas vrai ? Le sourire de Trevor s'évanouit et il avança d'un pas dans la direction de Jason, mais Storm s'interposa entre eux. Le métamorphe sursauta en réalisant qu'il se trouvait tout à coup sur le parking du commissariat. — Chad a besoin d'un peu d'aide pour tenir cet endroit sous surveillance, l'informa Storm. Et sois gentil avec les autres enfants. Storm le planta là et réapparut au château, là où Jason était encore en train de reculer devant ce qu'il croyait être Trevor. Jason cligna des yeux d'un air éberlué quand Trevor disparut en un clin d'œil et que Storm lui fit un large sourire à sa place. — Où est passé Trevor ? demanda Jason en regardant autour de lui. — Il est sous restriction », lui expliqua Storm d'un petit air moqueur. Zachary tourna de nouveau les yeux vers la terrasse, puis vers la fenêtre en dessous. Il voyait distinctement Angelica postée à sa fenêtre, qui tenait le rideau ouvert. Elle avait un large sourire aux lèvres et Zachary comprit qu'elle avait assisté à la scène. Elle baissa les yeux vers lui et lui fit un signe de la main avant de refermer le rideau. Chacun retourna à l'intérieur du domaine, puisque le spectacle était terminé. Tiara s'interrompit et suivit le regard de Zachary jusqu'à la jolie fille à la fenêtre. Soudain sujette à un étrange sentiment de déception, elle tenta de l'étouffer sous celui du soulagement quand elle constata qu'il n'était pas aussi méchant qu'elle le pensait... il ne pouvait pas l'être avec une petite amie qui semblait si douce. Ne souhaitant pas rentrer tout de suite, elle reporta son regard sur l'océan et s'éloigna sur le long chemin menant au rivage. Guy plissa les yeux à la vue de Tiara, toujours désireux de lui parler. Elle ne lui avait même pas laissé l'opportunité de lui expliquer son idée. En la voyant s'écarter des autres, il y vit sa chance et la suivit à une distance respectueuse. « J'ai une question pour toi, dit Zachary, qui détourna les yeux de la fenêtre d'Angelica pour les poser sur Storm. — Tu veux savoir au sujet d'Angelica, répondit Storm, qui avait surpris l'échange de regards. Zachary hocha la tête. — Nous avons travaillé longtemps ensemble et je pense être en droit de savoir pourquoi nous ne serons pas ensemble sur ce coup-là. Ne pouvons-nous inclure Angelica à l'équipe de Tiara ? — Le genre de pouvoirs que possède Angelica est requis ailleurs, et elle a un nouveau partenaire... c'est aussi simple que ça, dit Storm avec sérieux. Zachary plissa les yeux d'un air songeur. — Qui, Syn ? Ce type me fiche les pétoches et Angelica n'a pas meilleure opinion de lui. — Les choses arrivent comme elles doivent arriver, dit Storm en regardant Zachary droit dans les yeux. Nous l'avons protégée pour lui... et maintenant, il est là. — C'est ma meilleure amie, insista Zachary, au cas où Storm avait oublié ce détail. — Et tu seras toujours son meilleur ami, évidemment, le rassura Storm avec un sourire. Mais Syn n'est rien de moins que sa destinée et il n'y a pas à tergiverser là-dessus. En fait, je te conseille de ne même pas chercher à le faire. Cela pourrait bien être ta dernière action. — Tu es sûr ? demanda Zachary d'un ton menaçant. — Tu sais ce que je suis, répondit Storm en posant une main sur l'épaule de Zachary. Cela t'aiderait-il si je te disais qu'elle sera plus heureuse à l'avenir que ce qu'elle a seulement rêvé de l'être ? Zachary prit une profonde inspiration et expira lentement, un poids sur sa poitrine. L'entendre de la bouche de Storm sonnait de manière tellement définitive… probablement parce que c'était le cas. Il serra les lèvres en tentant d'endurcir son cœur, afin de laisser partir Angelica. Changeant de sujet, Storm désigna Tiara qui avait presque atteint la falaise. — C'est parce que tu protégeais si bien Angelica que je me suis senti assez sûr de moi pour placer Tiara sous ta protection, à partir de maintenant. — Que veux-tu dire ? releva Zachary d'air inquiet avant de détourner les yeux de Tiara et de les poser sur Storm. Ce n'est que pour ce soir… pas vrai ? Storm secoua la tête, sans ressentir la moindre sympathie. — Non, ce n'est pas seulement pour ce soir. — N'ai-je pas mon mot à dire là-dedans ? s'indigna Zachary en haussant un sourcil. Il avait rayé les nécromanciens de sa liste de coéquipiers depuis longtemps. — Tiara va avoir besoin de toi, bien plus qu'Angelica pendant tout le temps de votre collaboration, précisa Storm. Myra a entraînée sa fille à se servir de pouvoirs que celle-ci ne possédait pas encore. Elle a peut-être appris des sortilèges et des rituels, mais pas comment les contrôler. — Comme un petit humain qui joue aux sorciers ? avança Zachary. Storm hocha la tête en haussant les épaules. — Et maintenant, elle n'a ces pouvoirs que depuis deux semaines. À ma connaissance, elle doit encore expérimenter ses dons de nécromancie. Te souviens-tu de toutes ces boules de feu que tu as accidentellement laissées échapper à l'époque où tu apprenais à contrôler tes pouvoirs ? Sans mentionner le fait que tu as fait oublier qui tu étais à tes propres parents. — Ne me rappelle pas ça, répondit Zachary en plongeant une main dans ses cheveux. Il regarda de nouveau Tiara qui disparaissait de leur champ de vision en descendant un escalier menant à la plage. — Cette nuit sera sa première et la mission qui l'attend ne cible pas qu'un simple zombie... c'est une ville entière de monstres qui essaieront de ressusciter les morts plus vite qu'elle ne peut les ramener au repos éternel, insista Storm. Tout ce qu'elle fera désormais dehors sera nouveau pour elle. — Sa mère a tout fait paraître plus simple, répliqua Zachary dont la voix sonnait un peu plus dure qu'il ne le souhaitait. Il essaya de dissimuler sa colère en demandant : Où est son père ? — Il est mort à la naissance de Tiara, répondit Storm, qui répétait là ce que Myra avait toujours dit. « Tu veux dire que tu n'as pas la moindre idée de l'identité du père de Tiara parce que sa mère a couché avec une multitude d'hommes », pensa Zachary avec amertume, en tentant d'empêcher la scène perturbante dont il avait été témoin de refaire surface dans ses pensées. — Ce sont des effets secondaires en nécromancie, approuva Storm. Zachary afficha un air confus. — Qu'entends-tu par… effets secondaires ? — Plus un nécromancien se sert de son pouvoir pour contrôler les morts, plus son âme doit se nourrir en force vitale afin de ne pas se faire entraîner dans la prochaine dimension par les âmes, lui expliqua Storm. Cela n'a jamais été la faute de Myra si elle avait tant besoin de sexe après s'être servie de ses pouvoirs… c'est un désir incontrôlable qui doit être satisfait. — Alors c'est pour ça que Myra l'a fait ? chuchota Zachary. S'il devait se montrer honnête avec lui-même... il avait eu le béguin pour Myra toutes ces années passées. Mais la voir faire l'amour avec l'ennemi avait transformé ce béguin en un sentiment assez proche du dégoût. — Je pensais que tu le savais, fit remarquer Storm, un peu choqué. Les nécromanciens sont des créatures très sexuelles pour la simple raison… qu'ils veulent vivre. Zachary grimaça. — Et parce que Myra n'a jamais choisi de compagnon, elle a opté pour l'idée de rester vivante en se donnant à tout le monde. — Elle a tenté de lutter contre ce désir au début, mais plus longtemps elle s'abstenait... plus son corps devenait faible. Les nécromanciens nourrissent constamment leur pouvoir grâce à la force de vie, l'énergie sexuelle… même si la plupart d'entre eux ont choisi un compagnon, confirma Storm. — Pourquoi Myra ne s'est-elle pas contentée d'un seul amant ? demanda Zachary. Mais son attention fut attirée par Guy qui disparaissait de leur champ de vision par le même chemin qu'avait emprunté Tiara seulement quelques minutes plus tôt. L'homme aurait aussi bien pu porter un tee-shirt avec le mot « Harceleur » écrit dessus. — Peu importe, on se verra plus tard », ajouta Zachary par-dessus son épaule en se dirigeant vers l'océan. Storm sourit d'un air secret... Zachary n'était pas vraiment quelqu'un d'heureux, sauf quand il se battait pour sauver quelqu'un de lui-même. Si Tiara ressemblait à sa mère, Zachary allait se faire de très, très grosses migraines. Il se retourna pour rentrer dans le château mais fit une pause en voyant Ren sortir par les doubles portes. Ren sortit son téléphone et lut le texto. Il sourit malicieusement avant de contourner la bâtisse sur un côté, là où se situait le grand garage, mais s'arrêta net en sentant quelque chose se briser sous son pied. En baissant les yeux, Ren remarqua que le beau verre teinté qui jusqu'alors ornait les fenêtres supérieures du château gisait à présent en morceaux dans l'herbe. Il en fut perplexe… ils ne pouvaient pas avoir un château aux fenêtres brisées. Il tendit légèrement une main et les éclats de verre tombés suite au passage de Kamui et Toya s'élevèrent lentement du sol, pour se ré-assembler comme une centaine de pièces de puzzle. En tendant ses mains vers le ciel, Ren vit le verre irisé s'élever dans les airs, avant de retrouver sa place aux fenêtres du troisième étage. En suivant Ren, Storm fut surpris de voir un camion remorque sortir de l'allée et se demanda si le conducteur avait assisté au spectacle dans le ciel quelques minutes plus tôt. Il sourit en notant que c'était Hunter qui conduisait, et il leva une main pour répondre au salut de l'Indien. En pénétrant dans le garage, le sourire de Storm s'élargit. Ren tournait autour de la voiture de Trevor en la jaugeant d'un œil critique. Il prit également note du circuit imprimé high-tech que Ren tenait dans sa main. Ren leva les yeux à l'approche de Storm et nota son sourire, avant de retourner son attention vers la voiture. — Pourquoi souris-tu ? demanda Ren. — Parfois, c'est agréable de ne pas être capable de voir le futur, répondit Storm avec sincérité. — Qu'est-ce que ça signifie ? questionna Ren. — Ça signifie que pour le moment du moins... je marche dans mon propre espace-temps, expliqua Storm. Ren hocha la tête, en se disant qu'il n'allait même pas essayer de résoudre ce casse-tête, puis continua de faire glisser sa main sur le flan de la voiture comme s'il tâtait le terrain. — Que comptes-tu faire avec ça ? s'enquit Storm en désignant l'ordinateur d'un mouvement de tête. — Je vais optimiser la voiture de Trevor, répondit Ren. Storm s'appuya contre l'une des autres voitures. — D'accord je veux savoir, pourquoi optimises-tu la voiture de Trevor ? — Parce que je m'ennuie, répondit Ren avec un haussement d'épaules, mais l'expression sur son visage trahissait son amusement. Et parce que j'ai besoin d'évacuer une partie de ce pouvoir avant que je ne finisse par m'y noyer complètement, ajouta-t-il. — Il faut que je voie ça, dit Storm en riant. Ren sourit d'un petit air supérieur tandis qu'il plaçait le circuit imprimé sur le pare-brise, puis recula pour mieux voir le devant de la voiture. Il tendit les paumes vers le véhicule et inspira profondément. Les phares s'allumèrent tout à coup, et des fils sortirent en serpentant du bord du capot ruiné, pour se coller au circuit imprimé et l'attirer dessous. Le corps de la voiture se mit à grincer et à gémir, se remodelant tout seul tandis qu'une nouvelle couleur apparaissait par petites touches sur la carrosserie. Les bosses se redressèrent d'elles-mêmes pour dessiner des lignes hors du corps principal de la machine, tandis que ce dernier se simplifiait. Les pneus se réparèrent tous seuls et se gonflèrent d'air pendant que les jantes s'animaient. Le capot s'ouvrit et Storm observa le moteur qui se reconstruisait de lui-même... la vieille huile s'évapora lentement et la couleur du chrome original reprit sa place. Les tâches colorées s'élargirent, et bientôt une robe noire et brillante nimba tout le corps de la voiture. Les vitres s'assombrirent afin qu'il soit presque impossible de voir à l'intérieur, et Storm émit un petit sifflement admiratif quand il fit le tour du véhicule. Cette voiture avait la même apparence qu'une Mustang classique. Storm ne put retenir un sourire quand il vit le nom de Ren inscrit dans le petit insigne chromé à l'arrière, au lieu du nom du constructeur automobile bien connu. — Au moins, tu n'es pas égotiste, commenta Storm en riant. Ren abaissa finalement les mains et sourit avec fierté devant la voiture améliorée. — Je te fais cadeau… d'Evey. Storm regarda Ren et haussa un sourcil perplexe. — Evey ? Ren haussa les épaules. — Stephen King a Christine, et moi, je peux avoir Evey. De plus, c'est ce que j'ai pu trouver de plus proche d'Envy sans que ce soit tout à fait son nom. Storm ne put s'empêcher de rire. — Tu es tellement méchant. — J'aime à le croire, dit une voix féminine sexy. Storm baissa les yeux sur la voiture. — Ça parle ? — Bien sûr que je peux parler, dit Evey, et sa portière s'ouvrit doucement. Tu veux me conduire ? Storm secoua la tête, ne faisant confiance qu'à son propre mode de transport. — Je suis désolé, aussi belle sois-tu... j'ai peur de ne pas pouvoir accepter. Evey soupira. — Très bien, mais un jour tu viendras t'asseoir sur mon siège arrière. Storm fixa Ren. — Elle est du genre… séductrice. Ren enfonça ses mains dans les poches. — Les voitures parlantes sont sexy. — Merci Ren, minauda Evey. — Ce qui rend l’œuvre parfaite, continua Ren, c'est que la voix d'Evey est l'exacte réplique de celle d'Envy. Storm serra les lèvres pour réprimer le rire qui menaçait d'éclater, puis opina vigoureusement du chef. Ren ne montrait pas ce côté de sa personnalité très souvent mais quand il le faisait, cela valait toujours la peine d'attendre. — Evey, appela Ren. — Oui Ren ? répondit Evey. — Tu appartiens à Trevor, il est ton propriétaire à partir de maintenant. Evey répondit en chantonnant : — Trevor a toujours bien pris soin de moi… maintenant, je vais bien prendre soin de lui. Storm ouvrit la bouche pour dire quelque chose… n'importe quoi, mais ses yeux se mirent aussitôt à larmoyer et ses joues lui faisaient un mal de chien à force de les contracter. Il s'éloigna précipitamment avant de pousser la porte la plus proche, qui donnait à l'intérieur du placard, et donna libre cours à son hilarité. — Tu te sens bien, Storm ? entendit-il Evey demander à travers la porte fermée. — Je vais bien, réussit à répondre Storm. Je ressortirai dans un petit instant. » Ren esquissa un petit rictus en attendant avec Evey que le patron retrouve ses esprits. Chapitre 4 Guy suivit Tiara en bas des marches qui avaient été taillées dans un flan de la falaise grâce à l'alliance des mains humaines et des forces naturelles. Il suivit sa cible en silence jusqu'à la plage privée. L'ombre de Tiara se dessina sur le sable et Guy s'arrêta en bas de l'escalier assez longtemps pour contempler sa silhouette svelte. Quand ses pieds touchèrent enfin le sable, Guy dut rester immobile, béat d'admiration devant le tableau. Avec ses longs et soyeux cheveux argentés et sa peau dorée... elle ressemblait à une belle nymphe des eaux venue sur la terre ferme pour détourner les hommes du droit chemin. Tiara se tenait sur la rive, laissant la mer engloutir ses sandales. Même si la froide obscurité l'appelait, elle aimait la chaleur du soleil sur sa peau. Laissant planer son regard sur l'océan, elle pouvait sentir ces vies que l'eau avait emportées au cours d'un millénaire et n'avait jamais rendues. La plupart des morts étaient partis dans la dimension voisine… mais il y avait toujours ceux qui refusaient l'appel. Elle inclina la tête sur un côté en se demandant si ces fantômes nageaient avec les poissons et étaient heureux. Un doux sourire apparut sur ses lèvres tandis qu'elle se remémorait les nombreuses histoires qu'elle avait entendues au sujet d'hommes perdus en mer et qui remarquaient la présence de quelqu'un dans l'eau avec eux. Cette personne restait avec eux jusqu'à l'arrivée des secours. À chaque fois, cette deuxième personne n'était jamais retrouvée et Tiara savait que c'était le fantôme de quelqu'un de décédé depuis longtemps qui refusait de quitter leur océan. Les fantômes étaient d'ordinaire de douces créatures murmurantes qui n'avaient aucune influence sur l'extérieur. Elle devrait le savoir... elle avait même joué avec eux quand elle était enfant. Leur véritable pouvoir résidait dans leur esprit... ce pouvoir intérieur qui attirait à eux les démons. Une fois sous le contrôle des démons, les fantômes ne devenaient rien de moins que des marionnettes agissant selon le bon vouloir de leur maître... d'innocentes victimes dans un jeu infernal. Les pas de Guy étaient inaudibles alors qu'il réduisait la distance entre lui et Tiara, jusqu'à ce que l'eau salée cerne les semelles de ses bottes. La brise était encore chaude, bien qu'on ne soit qu'à quelques semaines d'Halloween… la nuit où les mortels s'attifaient comme des monstres. Il ne voulait même pas penser à ce que cette nuit allait générer. « Tiara, appela-t-il d'une voix froide. Il savait qu'elle avait menti à Storm au sujet du nombre de personnes nécessaire dans son équipe, simplement pour le garder à distance. — Nous devons discuter. Tiara était tellement perdue dans ses pensées jusqu'à cet instant qu'entendre son nom si près d'elle la fit sursauter. Elle soupira en son for intérieur car elle savait qu'elle allait faire de la peine à Guy, puis se retourna pour lui faire face. Elle déglutit en lisant la douleur qui brillait d'un éclat fiévreux dans ses yeux. — Guy, je suis tellement désolée. Elle en pensait chaque mot. Guy serra les poings, les bras le long de son corps. Elle était en train de refuser sa demande et ils le savaient tous les deux. Il essaya de repousser l'idée de la forcer à agir selon ses propres désirs, mais c'était déjà dans un coin de son esprit… la tentation le taraudait. — Carley était un membre de l'EEP et est morte pour sauver une autre vie... la mienne. Elle mérite une seconde chance, insista-t-il comme s'ils se livraient déjà à un débat silencieux à ce sujet… ce qui, en un sens, était le cas. Tiara secoua doucement la tête mais son expression n'était que pure sympathie. Sa voix resta tranquille et sereine tandis qu'elle essayait de lui expliquer pourquoi elle ne pouvait ressusciter sa sœur. — Arracher quelqu'un à la mort, c'est ramener un zombie dépourvu d'âme. Ils peuvent parler et bouger, mais ils sont vides... un peu comme des coquillages dans lesquels vivaient leur âme. Ma mission est de libérer les zombies de leur créateur... non de les créer. — Ne me raconte pas des conneries pareilles, répliqua Guy qui perdait la fragile maîtrise de sa colère. Ta mère pouvait contrôler les âmes et maintenant que ce pouvoir est tien, tu n'as qu'à demander à Carley de revenir dans son corps. Une fois à l'intérieur, tu peux l'y sceller. Allez, cela fait seulement quelques heures qu'elle est morte. Elle est à peine froide. — Tu l'emprisonnerais dans un corps qu'elle a quitté en si mauvais état ? C'est ce que tu voudrais pour ta sœur ? demanda Tiara avec une déception attristée. Tu n'as pas réfléchi à la question, Guy. Quel genre de vie ce serait pour elle ? Guy fut soudain devant elle, et lui saisit le poignet avant de la tirer brutalement vers lui, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus qu'à quelques centimètres l'un de l'autre. Plantant un regard furieux dans celui, surpris, de Tiara, il vociféra : — Je ferai tout ce qu'il faut pour la ramener. J'ai pris soin d'elle par le passé et je peux le refaire. — Si tu ne veux pas attraper plus qu'un coup de soleil, je te suggère de la lâcher, le mit en garde la voix de Zachary, qui se fit entendre tout près d'eux. Zachary était resté en arrière, pour écouter la conversation entre Tiara et Guy. Il savait que ce dernier souffrait... merde, tout le monde savait ce que Carley représentait pour ce grand gaillard. Cependant, quand Guy avait attrapé Tiara avec une telle brutalité, Zachary refusa de rester à l'écart de la scène et le laisser la malmener ainsi. Elle était si petite et fragile comparé à lui. On aurait pu la croire capable de se briser. Guy plissa les yeux en regardant Tiara, sans prêter attention à la menace de Zachary. Au lieu de revenir à la raison, il continua de soutenir le regard brillant de Tiara, un regard trop brillant pour être humain. Une fois de plus, la pensée de la contraindre à faire ce qu'il voulait se faufila dans son subconscient. Qu'avait-il vraiment à perdre ?… il avait déjà perdu sa raison de vivre. — Il ne me fait pas mal, répondit Tiara d'une voix calme, tout en refusant de rompre l'échange de regards avec Guy. En réalité, il lui faisait mal, mais ce qui était bien plus douloureux, c'était de voir cette folie qui se mêlait progressivement à la rage dans les yeux de Guy. Il n'était pas vraiment en colère contre elle... il éprouvait la sensation normale de la culpabilité d'un survivant. Pour lui, c'était lui qui aurait dû mourir, et non Carley. — Guy, si tu me lâches, j'utiliserais mes pouvoirs pour appeler Carley. Ensuite tu demanderas à ta sœur ce qu'elle désire en ce moment, négocia Tiara, qui ne se débattait pas dans son étau. Elle voulait qu'il lui fasse confiance. Zachary secoua la tête et avança d'un pas vers eux. — Je ne crois pas que ce soit une très bonne idée, fit-il observer d'un air sombre. Il était passé maître dans l'art de lire le cœur des gens et bien que Tiara faisait un effort surhumain pour le cacher, il pouvait voir sans problème qu'elle était terrifiée. — J'ai dit, lâche-la, Guy ! ordonna-t-il. — Je ne lui fais pas mal, lui hurla presque Guy. Zachary serra les dents et tenta de brider son propre tempérament explosif, qui avait fait brusquement surface. Il savait que Guy était en deuil et il était évident que l'homme ne se sortait pas très bien de cette épreuve. Quoi qu'il en soit, cela ne voulait pas dire qu'il allait laisser Guy passer ses nerfs sur Tiara. Sans même réaliser ce qu'il était en train de faire, l'air autour de Guy se réchauffa de plusieurs degrés. Guy lâcha le poignet de Tiara et tourna son regard assassin sur Zachary, commençant à transpirer à grosses gouttes. — Reste en dehors de ça, putain. — Oh, je pense qu'il est trop tard pour ça, lança Zachary dont les lèvres s'étirèrent sur un sourire mauvais. Désireuse d'éviter tout incident, Tiara tendit la main pour toucher le bras de Guy et ramener son attention sur elle. — J'appellerai l'âme de Carley... et non son corps, chuchota-t-elle. Et tu pourras lui parler. Maintenant qu'elle avait toute son attention, elle lui prit le visage entre les mains et ajouta : Je vais avoir besoin de quelque chose t'appartenant, pour commencer. — Je te donnerai n'importe quoi, dit Guy avec désespoir. Et après que ce sera fait... si tu as besoin de moi. Il posa sa main sur l'une des siennes et pencha la tête pour en embrasser doucement la paume, avant de tomber à genoux pour être à son niveau. Je serai là pour toi. Zachary grogna en son for intérieur, car il savait exactement ce que Guy était en train de suggérer, et il n'appréciait pas la tournure des choses. Il tourna son regard irrité vers Tiara, curieux de savoir ce qu'elle pensait de cette idée de faire commerce de faveurs sexuelles en nécromancie. — Merci, Guy, répondit-elle, ses lèvres sensuelles s'étirant en un petit sourire tendre. Mais ce dont j'ai besoin, c'est que tu laisses monter en toi tout l'amour que tu voues à ta sœur. Je peux l'utiliser pour appeler son âme. » Même de là où Zachary se tenait, il pouvait voir les traits de Guy se radoucir et son visage se détendre, mais il ne put s'empêcher de faire un nouveau pas en avant lorsque Guy enlaça la taille de Tiara et se pressa contre elle en fermant les yeux. Tiara prit une profonde inspiration et ferma les yeux elle aussi, ressentant l'amour rassurant d'un frère pour sa petite sœur dans la force avec laquelle il l'étreignait. Elle pouvait même sentir ses mains trembler d'émotion. Cela émanait d'un cœur si pur qu'elle éprouva le désir de connaître un jour un tel amour. Zachary regarda avec émerveillement la façon dont Tiara semblait soudain chatoyer, et les traits de Carley se mélangèrent aux siens. L'âme de Carley s'accrochait à celle de Tiara et baissait un regard empli de confusion sur son frère. En l'espace de quelques secondes, l'expression incrédule de Zachary se fondit en quelque chose qui ne pouvait être décrit que comme de la douceur. « Guy, dit Carley tout bas. Les yeux de Guy s'ouvrirent brusquement et il leva aussitôt la tête pour regarder sa sœur, maintenant entre ses bras. — Carley, répondit Guy, dont la voix tremblait sous les larmes qui commençaient à couler. Pourquoi as-tu fait ça ? Cela aurait dû être moi. Carley sourit. — C'était mon tour de te protéger. Je ne le regrette pas et je ne changerai rien. Guy secoua la tête en signe de déni. — Je n'avais pas besoin de protection… j'avais besoin de ma sœur. Il resserra son étreinte en un élan possessif. Je promets de ne pas te laisser partir, cette fois, ajouta-t-il. — Tu as toujours pris soin de moi, dit Carley. Mais regarde-moi, maintenant. Elle fit un tour complet sur elle-même, puisque c'était vraiment le corps de Tiara qu'il tenait entre ses bras... et non le sien. Je peux marcher de nouveau. Et si je le souhaite… je peux même voler. — Nous pouvons arranger les choses, cette fois. Je trouverai un moyen de te rendre heureuse, lui promit-il en se préparant à un refus. Carley laissa échapper un léger soupir et se pencha pour lui poser un tendre baiser sur la joue. — Je suis heureuse maintenant, Guy. Tout ce que je demande, c'est que tu trouves un moyen d'être heureux à ton tour... et de grâce, trouve-toi une copine ! Guy baissa la tête, puisant autant de magie dans la terre que possible. — Tiara peut te ramener, Carley. Ne le souhaites-tu pas autant que moi ? Carley tendit une main vers lui et lui ébouriffa les cheveux comme il avait l'habitude de le faire avec elle de son vivant. — Je suis désolée Guy, mais non… s'il-te-plaît, ne me retire pas cela. Guy ouvrit de grands yeux coupables et braqua de nouveau ses yeux emplis de larmes sur sa sœur. — Il existe un moyen pour que nous obtenions tous les deux ce que nous voulons. Au moment où sa sœur ouvrait la bouche de stupéfaction, Guy plaqua la paume de sa main avec force contre sa poitrine et celle de Tiara, en chuchotant très vite les mots du sortilège qu'il avait mémorisé moins d'une heure plus tôt. L'afflux d'énergie fit reculer Tiara, laissant dans l'action son ombre momentanée avant qu'elle ne prenne l'apparence de Carley, qui se tenait encore devant lui. — Qu'as-tu fait ? murmura Carley. Guy cligna des yeux incrédules, maintenant que sa sœur était stabilisée sans la connexion de Tiara. Elle ne lui avait pas laissé le choix et il refusait de la laisser le quitter encore une fois. Ainsi, il avait pris sa décision et rattaché son esprit à ce monde. Zachary bondit en avant, les bras tendus pour rattraper Tiara avant que sa tête ne heurte le banc de sable. S'assurant prestement de son pouls et de sa respiration, il lança un regard noir à Guy en remarquant que le sorcier avait toujours les yeux posés sur l'endroit où Tiara se tenait quelques instants plus tôt, comme s'il pouvait encore voir Carley. Carley regarda Tiara par-dessus son épaule puis reposa les yeux sur son frère d'un air désapprobateur. — C'était méchant… tu aurais pu au moins avertir Tiara de ce que tu allais faire. — Je me rattraperai auprès d'elle, lui assura Guy avec un sourire, en essuyant les larmes sur sa joue. Maintenant que tu tiens ce lien entre les mondes, nous n'auront plus besoin d'un médium pour intercéder entre nous. Carley se mit à rire, car elle savait que le sort était sans danger, et au moins maintenant elle pourrait le visiter, même s'il serait le seul avec Tiara à pouvoir la voir. — Souviens-toi seulement de ne pas me parler devant les autres. Ils croiront que tu as perdu l'esprit. En levant les yeux vers le château, elle réalisa qu'elle pouvait même devenir l'espion secret de Guy si l'EEP avait besoin d'elle. Elle lui en parlerait plus tard. — Je t'aime grand frère, mais tu devrais aller t'excuser auprès de Tiara avant que Zachary ne décide de te rôtir sur place. Elle se pencha vers lui et effleura le front de Guy d'un autre baiser, même si elle savait qu'il ne pouvait le sentir. Je serai tout près de toi. » Guy regarda Carley lui adresser un sourire radieux avant que son image ne s'efface, laissant un Zachary furieux réapparaître juste en face de lui. « Mais qu'est-ce que tu lui as fait ? vociféra ce dernier en blottissant une Tiara inanimée contre sa poitrine. En baissant les yeux sur le visage détendu de cette dernière, il en dégagea quelques mèches de cheveux quand le vent les fit glisser sur sa joue et ses lèvres. Il se figea aussitôt, en remarquant plusieurs choses d'un seul coup. Sa peau était aussi douce qu'elle en avait l'air... tout comme ses cheveux. Zachary frissonna quand les mèches de ses cheveux glissèrent entre ses doigts tels des fils de soie. Son regard glissa sur ses lèvres ourlées dans un silence ébahi quand la tentation de l'embrasser lui serra le cœur. Son innocence intacte la rendait tellement plus belle et attirante que sa mère, comme il l'avait initialement pensé… ce constat l'effraya de façon incompréhensible. Guy observa les émotions qui envahissaient successivement les traits de Zachary tandis que ce dernier interagissait avec la forme inconsciente de Tiara. Un nœud se forma dans son ventre, car il n'aimait pas du tout la proximité de Zachary avec elle... en oubliant commodément qu'il la tenait dans ses bras quelques instants plus tôt. Après s'être relevé du sable humide, Guy réduisit rapidement la distance entre eux et se tint devant Zachary un petit moment. Il serra inconsciemment les poings avant de se laisser tomber à genoux à côté de Tiara, sur le doux visage de laquelle il posa un regard aimant. — Je ne l'ai pas blessée… je le jure, dit Guy d'une voix profonde, en pensant chaque mot qu'il prononçait. Il tendit la main vers elle et caressa sa joue tendre du dos de la main. Il faillit laisser échapper un grognement quand les bras de Zachary se resserrèrent autour du corps de la jeune femme, mais se reprit. Elle m'a offert ce que personne ne pouvait m'offrir et je lui dois tout pour cela, tenta Guy encore une fois. — Je t'ai demandé ce que tu as bien pu faire pour qu'elle s'évanouisse ainsi, répondit Zachary, qui repoussa la main de Guy de la joue de Tiara, ne se fiant guère au toucher du sorcier. Il avait déjà fait cette erreur une fois. Elle n'est pas comme nous en ce qui concerne la guérison, continua-t-il. Elle est humaine, espèce d'idiot, et c'est ce qui la rend fragile. Guy laissa retomber sa main à son côté, comprenant l'élan protecteur de Zachary, sans pour autant reculer. — J'ai combiné un sort que Carley et moi avons découvert il y a quelques années avec le don de nécromancie de Tiara pendant qu'elle permettait à Carley d'utiliser son corps comme intermédiaire. Il tendit de nouveau la main vers elle, mais Zachary écarta sa main encore une fois. — Recule, ordonna Zachary. — C'est grâce à elle que je peux voir Carley quand je veux, maintenant, continua Guy, en ignorant la requête. Tiara m'a rendue ma sœur... et pour cela, j'ai une dette éternelle envers elle. — Si Tiara ne se réveille pas et ne me dit pas qu'elle va bien, je t'enverrai rejoindre ta sœur de la façon la plus directe et la plus brutale qui soit, menaça Zachary, avant de sursauter quand une main douce effleura ses lèvres. Les deux hommes baissèrent aussitôt les yeux sur la petite femme, mais c'était le regard de Zachary que Tiara cherchait. Zachary fut presque sans voix quand il vit la couleur des yeux de Tiara d'aussi près pour la première fois. Ils étaient emplis de petites étincelles d'un vert-doré saisissant qui semblaient bouger au hasard, l'hypnotisant presque. Tiara lui rendit son regard avec une innocence charmante. — Je vais bien, chuchota Tiara, en se découvrant blottie dans les bras protecteurs de Zachary. Elle fut vite sous le charme de la perfection de Zachary. Prise par l'envie de toucher cet homme qui avait tant hanté ses pensées au fil des ans, elle promena ses doigts sur la bouche de celui-ci une seconde fois, pour caresser doucement son menton et son cou. Quand il se mit à haleter, elle réalisa ce qu'elle était en train de faire. Tiara retira brusquement sa main et s'assit pour s'écarter de ses genoux. Le cerveau de Zachary s'était éteint dès l'instant où les doigts de Tiara s'étaient attardés sur ses lèvres, avant de glisser jusqu'à son menton. Il réprima un frisson lorsque ces mêmes doigts caressèrent son cou avec délicatesse puis glissèrent derrière sa nuque, là où la peau était incroyablement sensible. Lorsque Tiara se mit à s'agiter, il dut se faire violence pour la laisser aller afin qu'elle puisse se remettre sur ses pieds. À la seconde où elle sortit des bras de Zachary, Tiara eut à peine le temps de chanceler sur ses jambes tremblantes que Guy l'étreignit à son tour. Elle rougit au contact de chaque centimètre de son corps contre le sien, quand il la serra très fort dans ses bras. Elle sentait très bien cette petite montée de désir en elle quand elle était sur les genoux de Zachary, et qui se pulsait maintenant avec plus de force. Être enlacée par un homme était nouveau pour elle, parce que personne excepté sa mère n'avait jamais pu l'approcher d'aussi près jusqu'ici. — Je peux voir Carley maintenant ! s'exclama Guy, qui la souleva dans les airs jusqu'à ce que ses pieds pendent à au moins un pied du sol. Merci. Guy était heureux de retrouver sa sœur mais le désir qu'il commençait à éprouver pour ce petit bout de femme se faisait de plus en plus fort. Le besoin d'en avoir plus, puis de simplement la tenir dans ses bras le traversa. Quand Tiara laissa échapper un petit cri de surprise, il baissa sur elle des yeux ardents. — Je ne t'ai pas fait de mal, pas vrai ? Tiara leva les yeux sur ce grand homme qui la serrait contre lui et posa les mains sur ses larges épaules. Il était extatique… elle le voyait sans peine, et le sentait tout autant. Elle avait ressenti sa magie dès que celle-ci l'avait touchée... l'énergie magique qui habitait Guy était incroyable. Elle s'était trompée en choisissant de l'exclure, après qu'il se soit proposé de rejoindre son équipe. — Tu ne m'as pas fait de mal, répondit-elle avec douceur, consciente de proférer un mensonge. Il n'avait pas voulu la blesser et elle le savait. Sa mère lui avait conseillé plus d'une fois de choisir les membres de son groupe avec sagesse, et elle ne parlait pas d'associés passifs. Bien que Guy ne lui ait pas demandé la permission de combiner leurs pouvoirs, se retrouver face au fantôme de sa sœur suffisait à ce qu'elle lui accorde son pardon. — Je te veux..., commença de dire Tiara en s'écartant et en levant la main pour toucher sa bouche, au moment où il baissait la tête vers elle....comme membre de mon équipe. Guy éprouva une légère déception à la fin de sa phrase, et il lui embrassa le bout des doigts. — Tu peux me désirer pour n'importe quoi et je le ferai, murmura-t-il d'une voix sensuelle. Tiara sentit une vague de chaleur affluer dans son ventre, en réaction au regard avec lequel il lui dit ces mots. C'était un autre avertissement que sa mère lui avait donné et Tiara savait qu'elle ne pouvait l'ignorer. Bientôt, elle aurait à choisir bien plus que les membres d'une équipe si elle désirait survivre. Sa vie même dépendait de la découverte d'un partenaire sexuel qui la protégerait si l'appel des ténèbres devenait trop difficile à supporter. S'assurer que quelqu'un soit constamment disponible pour cette finalité n'allait pas présenter un obstacle à ce rythme. Le ventre de Zachary le brûlait et la température de son corps avait grimpé de quelques degrés. Il crut qu'il allait faire une combustion spontanée, quand Guy baissa la tête pour embrasser Tiara. Cette sensation s'évanouit quand elle précisa qu'elle voulait Guy dans son équipe, et Zachary dut lutter pour retenir un sourire moqueur juste sous le nez du présomptueux soupirant. Puisque Guy ne la libéra pas sur-le-champ, Zachary décida qu'à ce point de la situation, il était très las de n'être qu'un spectateur. Se hissant sur ses pieds, il fit un pas en avant afin de briser leur agaçante intimité. — Bon, grommela Zachary. Tu as fait tes preuves pour entrer dans l'équipe... du moins selon Tiara. Mais à cause de ce que tu as fait, Tiara est affaiblie maintenant, et il faut qu'elle se repose pour affronter ce qui nous attend ce soir. Guy fusilla Zachary du regard, tenaillé par l'envie de lui dire où se le mettre, mais il se retint encore une fois. Il ne connaissait pas tous les tenants et aboutissants de la relation entre Tiara et Zachary, et il n'avait pas vraiment envie d'en savoir plus. — Il a raison, je suis un peu fatiguée, dit Tiara en soutenant le regard de Guy, dans l'attente qu'il la repose à terre. Elle se sentait comme une enfant dans ses bras... petite et impuissante. — Bonne idée, approuva Guy en haussant un sourcil. Il se tourna vers la série de marches escarpées menant à la falaise avant d'ajouter : Tu devrais aller te reposer. À la grande contrariété de Zachary, Guy souleva les jambes de Tiara et la porta comme une jeune mariée, pour remonter le chemin qui conduisait au château. Il surprit son regard fugace quand elle se tourna pour voir si Zachary les suivait. Marmonnant entre ses dents, Zachary suivit le couple, pas vraiment certain de la raison de sa colère en premier lieu. Il se contrefichait de ne pas être le porteur de Tiara… même s'il ne les quittait pas des yeux, pour s'assurer que les mains de Guy soutenaient le corps de la jeune femme de façon décente. L'énergie de Guy fusionnée à la sienne avait affaibli la nécromancienne... alors Guy pouvait parfaitement la porter pour rentrer. Tiara sourit doucement et laissa aller sa tête dans le creux de la nuque de Guy. Elle devina qu'il avait porté sa sœur ainsi de temps à autre, et le laissa la porter. Cela devait apaiser d'une certaine manière le vide qu'avait laissé la mort de Carley dans son cœur. Quelques minutes plus tard, elle se retrouva dans sa propre chambre. Zachary s'appuya contre le chambranle de la porte, les bras croisés, pour regarder Guy coucher Tiara sur le lit. — J'en déduis donc que nous avons une équipe de quatre membres au lieu de trois, ce soir ? demanda-t-il. Avant que Tiara ne le confirme, Guy répondit pour elle. — Sa mère avait pour habitude d'avoir six personnes avec elle à tout moment. Tiara mentait au sujet de l'effectif parce qu'elle m'évitait. Il fit un clin d’œil à Tiara, ce qui eut pour effet de la faire rougir, puis il s'assit. Zachary devint songeur, en se demandant pourquoi il n'avait pas découvert cela lui-même... il avait fait partie de l'équipe de Myra à deux reprises. Pour une certaine raison, sa rencontre avec Tiara avait mis le souvenir de sa mère en arrière-plan. Il allait devoir faire un peu plus attention à ce qui se passait autour de lui. Tiara se sentait bizarre maintenant que les deux hommes étaient dans sa chambre... seuls avec elle. Sur les deux... elle aurait été plus à l'aise en compagnie de Guy. Elle avait vu Zachary de loin à deux reprises quand elle était plus jeune et que les équipes de l'EEP s'étaient croisées. Zachary avait toujours regardé sa mère d'un air si étrange qu'il avait inspiré chez Tiara une peur puérile. Quel que soit l'angle sous lequel elle considérait la question, il apparaissait que Zachary était un homme à craindre sérieusement, si on y réfléchissait un peu. Personne ne savait grand-chose de lui, à l'exception de Storm et peut-être de Ren. Même son profil dans la base de données de l'EEP ne mentionnait que son nom et sa mission du jour. Le simple fait que Storm lui ai donné un poste au sommet de la hiérarchie en disait long sur l'étendue de ses pouvoirs. Elle avait entendu des histoires sur Zachary de la bouche d'un autre agent. Tiara n'accordait pas beaucoup de crédit aux histoires et rumeurs de couloir, mais cela avait suffi à alimenter la crainte que cet homme lui inspirait. Cela dit, cette peur ridicule avait toujours été teintée d'une forte curiosité, curiosité qui ne faisait que prendre de l'ampleur depuis sa rencontre avec le pyrokinésiste. La première fois qu'elle avait été convoquée ici, Storm lui avait annoncé que Zachary dirigerait son équipe. Cela l'avait surprise quand, au cours de la réunion au rez-de-chaussée, Storm avait annoncé que Zachary ferait partie de son équipe. Elle avait pensé qu'un agent aussi important que Zachary lui aurait simplement dit où se rendre et quoi faire dans le cadre de leurs missions… et ne serait pas venu avec eux. Guy prit sa main dans la sienne et la porta jusqu'à ses lèvres pour y déposer un baiser furtif, avant de la relâcher. — Tu as besoin de repos. Je reviendrai environ une heure avant l'aube. — Reste encore quelques minutes », ordonna Storm dans le dos de Zachary, le faisant sursauter et regarder par-dessus son épaule. Zachary s'effaça pour laisser entrer Storm dans la pièce. Chapitre 5 « Storm, salua Tiara, en souriant chaleureusement à leur chef quand il alla s'asseoir sur le lit à côté d'elle. Storm regarda Guy avec une expression indescriptible. Il avait vu Guy emmener Tiara à l'étage avec le même soin qu'il avait porté à sa sœur. — J'ai manqué quelque chose ? Guy refusa de bouger tandis que Storm le dévisageait ouvertement. Il avait eu l'occasion de voir le voyageur du temps attraper un homme dans un accès de rage ; ce dernier avait simplement disparu et on ne l'avait plus jamais revu. Considérant ce qu'était Storm, Guy était tout à fait certain de ne pas vouloir finir sa vie à l'âge de pierre. — Je protégerai Tiara en tant que membre permanent de son groupe, annonça Guy au voyageur d'un air stoïque. « Donc j'ai manqué quelque chose », se dit Storm. C'était nouveau pour lui et il adorait découvrir les choses à l'ancienne. En regardant Zachary, Storm remarqua qu'il n'était pas vraiment ravi, et il soupira en son for intérieur avant de demander à voix haute : — Zachary, cela t'ennuierait de m'expliquer ? Tiara avait ouvert la bouche pour défendre Guy mais s’interrompit lorsque Storm tourna un regard interrogateur vers Zachary. Elle croisa le regard de ce dernier, avec un sentiment de sécurité maintenant que son attention n'était plus concentrée sur elle. Zachary braqua son regard sur Tiara, et fronça les sourcils quand elle baissa immédiatement les yeux sur ses mains. Pourquoi était-elle plus à l'aise avec l'homme qui venait de causer son évanouissement qu'avec celui qui ne lui avait fait aucun mal ? Était-elle attirée par les mauvais garçons, comme sa mère par le passé ? Se pourrait-il qu'elle soit attirée par un démon à l'avenir ? Peut-être que Storm avait vu juste en le chargeant de sa sécurité. Il y avait une très bonne chance pour qu'ils doivent protéger Tiara d'elle-même plutôt que des démons rôdant aux alentours. — Guy voulait ramener sa sœur et il a passé un accord avec Tiara, avant de combiner leurs pouvoirs. Ils n'ont pas ressuscité Carley... mais Guy peut maintenant invoquer l'esprit de sa sœur et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, résuma Zachary à Storm d'un ton sarcastique, avec un léger haussement d'épaules. — Voyez-vous ça, répliqua Storm qui essayait de cacher son sourire moqueur face aux sentiments évidents qu'éprouvait Zachary, sans succès. Et ils ont opéré sans risque d'effets secondaires ? Zachary décocha à Guy un regard sombre tandis qu'il ajoutait : — Aucun… si tu ne comptes pas le fait que le sort a complètement assommé Tiara et l'a laissée froide pendant quelques minutes. — Je l'ai bien compris également en voyant l'hématome qui est déjà apparu sur sa poitrine et son poignet droit, dit Storm en posant sur Guy un regard interrogateur. Zachary grommela quelque chose entre ses dents et s'approcha du lit de l'autre côté de la pièce, là où Tiara était assise, tout à fait déterminé à chercher les bleus en question. Tiara s'empara d'un coussin décoratif du lit et le serra fort contre elle pour cacher une partie de l'hématome alors visible au-dessus du tissu qui couvrait ses seins. Elle leva des yeux étonnés vers Zachary en sentant la température de la pièce grimper de plusieurs degrés. Storm regarda Guy avec curiosité. — C'est intriguant de savoir que tu peux combiner ton pouvoir à celui de Tiara. C'est un peu inattendu, et pourrait bien être utile à l'avenir. Mais pour le moment, garde à l'esprit que bien qu'elle soit puissante, elle est humaine et guérit comme telle. — C'est ce que je lui ai dit, intervint Zachary en foudroyant Guy du regard. Il ne lui avait pas échappé que Storm soulevait l'hypothèse de la compatibilité du pouvoir de Guy avec la nécromancie de Tiara. Il se fit violence pour ne pas laisser échapper un nouveau grognement désapprobateur et croisa les bras sur sa poitrine afin d'éviter de donner un coup dans quelque chose... à savoir Guy. — Et Guy tiendra compte de cet avertissement, renchérit Storm d'un hochement de tête approbateur, bien qu'il voyait clairement que Zachary ne partageait pas son idée : laisser Guy rejoindre le groupe de Tiara. La jalousie de Zachary était très évidente pour lui. Il espérait simplement qu'une fois que Zach apparaîtrait, il pourrait garder le contrôle de cette émotion. — Je la protégerai, répéta Guy en retournant à Zachary son regard assassin, avec toute l'obstination qui le caractérisait. Je le lui dois après ce qu'elle a fait pour moi et Carley. Une fois le sermon terminé, Storm sourit. — Maintenant, voyons cette sœur qui est la tienne. — Carley, appela Guy, qui dû s'empêcher de croiser les doigts et de prier pour que le sortilège fonctionne comme prévu. Il poussa un soupir de soulagement quand sa sœur apparut soudain entre lui et Storm. Elle avait un sourire malicieux aux lèvres et Guy comprit qu'elle avait quelque chose en tête. — Peux-tu la voir ? demanda Tiara à Storm avec curiosité. — Pas même une ombre, reconnut Storm en se frottant le menton d'un air pensif. Cela pourrait être un réel atout pour l'EEP. — De quoi parle-t-il ? interrogea Carley tout fort, bien que Guy et Tiara soient les seuls à pouvoir l'entendre. Oh attends… les grands esprits se rencontrent. Elle sourit avec excitation en maintenant son attention tournée vers Storm. Vas-y… dis-le. — Zachary, peux-tu la voir ? interrogea Storm. — Non, assura Zachary. — Tiara, dis à Storm que je pourrais être l'espion parfait, lança Carley en adressant à son frère un autre grand sourire, et qui se changea en petite moue quand il la regarda d'un air inquiet. Ce n'est pas comme si ça allait être dangereux... je suis déjà morte, abruti. Tiara répéta les paroles de Carley à Storm et à Zachary… sans oublier le terme d'« abruti » dont elle avait gratifié son frère, ce qui fit ricaner les deux hommes présents dans la chambre. Elle se sentait bien plus en confiance à présent, maintenant qu'elle avait la preuve que Guy était un excellent choix comme coéquipier d'importance. — Carley semble excitée, décrivit-elle, en souriant au fantôme qui se tenait seulement à deux pas devant eux. — J'adorerai faire partie de l'EEP ! s'exclama Carley en opinant vivement du chef. Lorsque Guy répéta ses mots à Storm, Storm posa les yeux sur Zachary, et le vit hausser des épaules comme si cela ne faisait aucune différence pour lui. S'il connaissait Zachary aussi bien qu'il le pensait, c'était sûrement le cas. — Ce n'est pas comme si elle allait m'embêter… je ne sais même pas où elle est, dit Zachary en se laissant aller contre le mur, et qui se fiait à Storm. Secrètement, il pensait que c'était une excellente idée parce que cela donnerait à Guy autre chose à faire que de vénérer Tiara. Tant qu'elle ne joue pas les voyeuses à des endroits où elle n'est pas invitée, tout ira bien. — Comment pourrait-il le savoir ? grommela Carley, réplique qui fit naître un large sourire sur les lèvres de Tiara et qui poussa Guy à la dévisager comme si elle venait de se changer en alien. Cela donna à Storm une autre idée : — Guy, toi et Carley réfléchirez ensemble et verrez si vous pouvez trouver un sort utilisable par les membres de ce groupe. — Quel genre de sort te faut-il ? s'enquit Guy, en penchant la tête avec curiosité. — Un qui permettra aux autres membres de cette équipe de voir Carley et de communiquer avec elle, précisa Storm. Tiara sentit son ventre se nouer. Elle se souvenait avoir appris un tel sort… excepté que la manière dont elle l'avait appris n'avait rien à voir avec la magie… mais avec la nécromancie. Cela avait été ardu pour sa mère de lui apprendre à faire des choses qu'elle ne pouvait même pas encore expérimenter. L'essentiel de son entraînement avait été un semblant d'entraînement et l'aspect sexuel n'avait pas été évoqué... et encore moins mis en acte, pour des raisons évidentes. Elle et sa mère avaient toujours été seules pour s'entraîner et même si elle était née en possédant certains pouvoirs de son père, Myra lui avait interdit de chercher à les utiliser, de peur que quelqu'un ne le découvre. — Il existe un moyen de révéler aux yeux de tous la présence des fantômes, mais je n'ai pas encore eu la chance de l'essayer, expliqua Tiara. Elle serra un peu plus fort le coussin contre elle en ajoutant : On appelle ça le souffle de vue mais cela permettra à celui à qui je le donne de voir bien plus de spectres que Carley. — Tu veux dire que cela leur permettra à tous de voir tout ce que tu vois ? questionna Storm, comprenant que c'était un défi de taille. Lorsque Tiara acquiesça, Storm se frotta les mains et ajouta : Alors voilà qui est mieux. Ce serait idéal si tous les membres de ton équipe étaient conscients de tout ce qui se passe autour de toi. N'es-tu pas d'accord ? Tiara essaya de ne pas faire de grimace, mais sans succès. — Tout le monde ? En surprenant le léger rougissement qui lui montait aux joues, Storm entrevit ce pourquoi Tiara hésitait tellement devant cette idée. Les rituels de nécromancie requéraient fréquemment une dose d'énergie sexuelle dans la liste des ingrédients. — Guy, toi et Carley peuvent toujours chercher un sort visant uniquement ceux dont nous voulons qu'ils voient Carley. Vous pouvez vous retrouver ici plus tard dans la soirée, déclara Storm en désignant la porte d'un signe de tête. — Bien sûr, répondit Guy, qui se retourna en saisissant que Storm lui demandait de prendre congé, puis il quitta la chambre en pensant que Zachary allait suivre. Il afficha un air profondément contrarié en réalisant que l'autre ne bougea pas d'un pouce de sa place contre le mur. Storm resta silencieux jusqu'à ce que Guy et Carley soient sortis de la chambre. Ce dont il avait à discuter avec Tiara n'avait pas besoin d'être entendu par d'autres oreilles. Il regarda Zachary et attendit qu'il s'en aille aussi, mais quand ce dernier ne bougea pas, Storm soupira intérieurement. Il se dit qu'il aurait dû s'y attendre, puisque ce dernier était en charge de l'équipe de Tiara. Se tournant de nouveau vers la jeune magicienne, Storm posa une main sur son épaule nue et caressa tendrement sa peau du gras du pouce. Détectant chez elle un léger sursaut à son contact, Storm eut la réponse à sa question informulée... elle n'avait jamais été touchée par un homme auparavant, du moins pas de la façon nécessaire au rituel qu'ils allaient accomplir. En continuant d'afficher un visage tranquille, il lui sourit avec gentillesse. — Tiara, tu n'as pas à faire quoi que ce soit qui aille contre ta volonté. Rappelle-toi toujours de ça. Mais si tu décides d'essayer et de le donner, je veux que tu offres le souffle de vue à Zachary. Zachary resta silencieux, toujours adossé au mur. Il désirait savoir où Storm voulait en venir au sujet de cette magie. Il avait le sentiment que ce sortilège demandait bien plus que de simples mots. Storm parlait par énigmes afin de lui cacher un détail en particulier, et Zachary n'aimait pas beaucoup ça. L'esprit de Tiara allait à cent à l'heure. Elle savait qu'elle était dans la même situation que Myra avant elle. Elle n'avait jamais utilisé ses pouvoirs et elle n'avait jamais été touchée par un homme... ce soir, elle aurait à faire les deux, qu'elle fût prête ou non. Tiara pria soudain pour n'avoir à choisir qu'un seul homme dans tout le groupe… elle voulait ce que sa mère avait à l'heure actuelle. — Zachary peut te protéger et te protégera bien mieux que quiconque, même mieux que Guy. Storm soutint le regard de Tiara, désirant lui faire saisir l'allusion que contenaient ces dernières paroles. Son feu, enchaîna-t-il, gardera le froid à distance, alors il doit être celui qui partagera le don de double vue avec toi… mais seulement quand tu seras prête. En attendant, peut-être que Carley et Guy reviendront avec une solution qui permettra à Carley de communiquer avec toute l'équipe, la rassura Storm. — Carley apprécierait, dit Tiara, mais elle repensait à ce que Storm venait de dire. Elle est très excitée par tout ce qui se passe. Storm regarda Zachary, pour s'assurer qu'il écoutait certaines des choses qu'il disait à Tiara. — Carley sera un excellent atout, et un meilleur encore si toute l'équipe peut la voir et lui parler. Par exemple, si le moindre d'entre vous se retrouve séparé du reste du groupe ou est blessé, Carley pourra retrouver cette personne puis voler prévenir un autre agent de sa localisation. Zachary eut l'air intéressé, et en réalité cette idée lui plaisait. Tiara rabaissa le coussin sur ses genoux et se redressa un peu dans sa position assise. — J'aurais besoin de la nécromancie pour essayer le sortilège. Son regard glissa vers Zachary mais elle perdit son sang-froid dès qu'elle remarqua que toute l'attention du jeune homme était concentrée sur elle. Elle se focalisa de nouveau sur Storm et se ressaisit. Il était temps pour elle de grandir et de contribuer à sauver l'humanité… même si elle perdait une part d'elle-même en chemin. Tiara baissa la voix, qui devint aussi mystérieuse que toute cette situation ne l'était vraiment. — Myra disait que je ne peux donner le souffle de vue que lorsque je suis en proie au désir. Storm afficha une expression inquiète. — Jusqu'à quel point ton désir doit-il aller pour partager le don de double vue ? Tiara répéta ce que sa mère lui avait dit, les joues écarlates. — La personne n'a pas à être en moi, mais je dois atteindre… l'orgasme, afin de mieux m’abreuver à cette force de vie. Il doit m'offrir son énergie vitale et c'est seulement au cours de cet échange que je peux lui rendre ce don. C'est à ce moment-là que je peux communiquer le souffle de vue du nécromancien. Storm percevait la colère de Zach, qui vibrait dans toute la pièce, et il sut que Tiara et lui n'étaient plus en présence de Zachary. L'axe de la double personnalité du jeune homme avait tourné. C'était le bon moment pour faire sortir de la pièce la boule de feu ambulante qu'il était avant qu'elle n'explose et ne mette Tiara dans l'embarras. Elle avait été si courageuse jusqu'ici qu'il aurait été dommage de placer devant elle des obstacles qui la ferait trébucher… surtout avec un obstacle aussi intimidant que Zach. — Tu peux faire confiance à Zachary pour ne pas aller plus loin que nécessaire, quand tu seras prête pour essayer le sort du souffle de vue. Pour le moment, tu as besoin de repos. Une longue nuit nous attend. Il se leva du lit et saisit l'avant-bras de Zach pour l'attirer vers la porte. Dès qu'ils furent hors de portée de voix, Zach se tourna vers Storm et lança sèchement : — Crois-tu sincèrement que c'est correct de lui demander de laisser quelqu'un de l'équipe la faire jouir pour qu'elle puisse partager son satané don de vue ? Storm saisit alors le bras de Zach un peu plus fort que d’ordinaire et ils se retrouvèrent tout à coup sur la falaise. Profitant du fait que Zach était encore déstabilisé par ce brusque changement de paysage, Storm tenta de le raisonner. — Arrête une minute et réfléchis à ce que Tiara a dit. — Elle a simplement dit qu'elle devait jouir pour pouvoir partager sa vision du monde des esprits, tonna Zach, dont le feu éclata puis crépita quand il se retrouva plongé sous l'eau froide de l'océan. Remontant à la surface, il réalisa qu'il pouvait se mettre debout parce que l'eau ne lui arrivait qu'à hauteur d'épaules. — Merde Storm, arrête ça ! hurla-t-il. Storm sourit avec ironie parce que le pyrokinésiste était parfaitement sec, et resta sur la plage à regarder la vapeur s’élever de la peau de Zachary. — Essayons encore une fois, veux-tu, avec la tête plus froide sur les épaules ? proposa-t-il pendant que Zachary avançait péniblement dans l'eau vers lui. Tiara a dit que la personne n'avait pas besoin de la pénétrer pour obtenir ce fameux souffle. — Ouais, j'ai entendu cette partie, dit amèrement Zachary, qui leva une main pour signifier à Storm qu'il n'avait pas besoin de boire une autre tasse. Il venait de sortir de l'eau et était presque sec, grâce à sa capacité à faire monter la température autour de lui. La dernière chose dont il avait besoin, c'était que ses vêtements se mettent à sentir l'eau de mer. — Ravi de voir que tu écoutais, ironisa Storm avec un petit sourire. As-tu manqué la partie où il faut atteindre le plaisir pour nourrir sa force vitale ? Zachary se contenta de le fusiller du regard, alors Storm l'éclaira : Je ne sais pas si elle est seulement consciente de ce qu'elle dit, mais si ce constat est fondé, elle n'a même pas besoin de coucher avec un homme pour se nourrir. Elle n'a qu'à être sexuellement satisfaite et cela la gardera en vie. Zachary s'immobilisa en songeant à ces paroles, son esprit réfléchissant à toute vitesse. Elle devait le faire pour survivre à l'expérience ? Était-ce pour cela que Myra s'était unie au démon cette fameuse nuit… parce qu'elle le devait ? Pas de danger, rationalisa-t-il en secret. Le démon de cette nuit-là n'était pas un étranger… Myra le connaissait. — L'idée de Tiara se nourrissant de la même façon que Myra semble te déranger… mais tu ne sembles pas complètement comprendre la partie où elle meurt si elle ne se nourrit pas. Donc, je te propose une alternative. Emmène-la jusqu'au plaisir… puis arrête-toi. Si tu ne veux pas le faire, alors je suis sûr que Guy sera plus que ravi de prendre ta place. — Je le ferai », trancha aussitôt Zach, clignant des yeux éberlués lorsque Storm disparut sans prévenir. Lorsque le sable sous ses pieds se fondit en une flaque de verre, il grogna et fit volte-face... pour recommencer à marcher dans l'eau froide. « Personne ne m'a demandé si j'avais envie de voir un putain de fantôme. » Storm se matérialisa de nouveau dans le bureau de Ren en riant tout seul. « Oh Seigneur, qu'est-ce que tu as fait, cette fois ? demanda Ren de derrière son bureau. Storm secoua la tête devant son propre sens de l'humour tordu. — Si nous jouons finement, Zach va nous ficher la paix ces deux prochains jours... ou semaines. Cela dépend en quelque sorte du temps qu'il mettra à supporter de se torturer tout seul. Et nous allons devoir prévenir tout le monde de rester à l'écart de la plage pendant une heure environ. Connaissant Zachary, il est sûrement en train de la transformer en bouteille de verre en ce moment même. — On ne t'a jamais dit que ton sadisme ne connaissait aucune limite ? » plaisanta Ren avec un petit sourire narquois, préférant le rire de Storm à tous les dangers qu'il sous-tendait en saignant du nez. ***** Damon atterrit d'un pied léger devant l'entrée du Night Light et il reposa Alicia sur ses pieds, abandonnant à contre-cœur l'emprise qu'il avait sur sa bouche. Il avait découvert que voler agissait comme un aphrodisiaque sur Alicia et décida qu'il ne serait plus question de marcher à partir de cet instant, pour toujours, si tout se passait comme il le voulait. Quoique maintenant qu'ils étaient sur place, il se félicita de l'avoir affolée et embarrassée avant de la laisser en compagnie d'un autre homme... même si elle appelait cet homme son frère. « Merci de m'avoir amenée ici, dit Alicia avec un sourire joyeux. Elle se hissa sur la pointe des pieds et pressa de nouveau ses lèvres pleines sur les siennes, en sachant combien c'était dur pour lui de la partager en ce moment. — Je t'aime, murmura-t-elle avant d'essayer de reculer. Elle n'alla pas très loin. Damon la couva d'un regard sombre et possessif et refusa de relâcher son étreinte. Quand elle leva les yeux vers son visage avec une moue adorable, un grondement monta du fond de sa poitrine et il échangea avec elle un nouveau baiser passionné. Lorsqu'elle effleura l'arrière de sa nuque avec un geste empli d'une douce sensualité, Damon releva la tête et laissa échapper un souffle tremblant. — Continue comme ça et je nous emmènerais dans un cadre bien plus privé pour finir ce que nous avons commencé, l'avertit Damon. Le regard d'Alicia s'éclaira. — S'il-te-plaît ? Le toit est toujours isolé. Damon sourit d'un air malicieux. — Petite coquine, grommela-t-il avant de la faire pivoter et de l'attirer vers la porte d'entrée avec une claque affectueuse sur les fesses. Il n'aimait pas la laisser seule avec Micah mais il serait damné plutôt que de la laisser s'approcher de ces loups-garous excités du Love Bites. Il voulait passer un marché avec eux et cela n'aboutirait pas s'il se mettait à tuer quiconque aurait le malheur de trop s'approcher d'Alicia. Alicia nota que Micah avait réparé toutes les lumières et qu'il était occupé à travailler quand ils entrèrent dans le night-club. Le verre brisé avait été en grande partie balayé et le lourd luminaire avait été retiré de la voie. Un chevalet de sciage était posé au sol avec une longue pièce exiguë posée dessus. Le vacarme de la scie électrique résonna bruyamment dans la salle, et fit grimacer Alicia et Damon. Damon promena un regard irrité le long du fil électrique raccordé au mur et s'avança nonchalamment vers la prise. Il ne pouvait laisser le frère adoré travailler quand il était supposé surveiller sa petite sœur. Il tira sur la prise et la scie se tut subitement, poussant Micah à lever des yeux agacés. Lorsque Micah vit Alicia dans l'encadrement de la porte, un sourire illumina son visage, ce qui eut pour effet de rendre Damon méfiant. « Salut sœurette, dit Micah en posant la scie. Qu'est-ce qui te ramène ici aussi vite ? On fuit encore son mari ? Le son de quelqu'un qui se raclait la gorge le fit lever les yeux et il sourit d'un air narquois à Damon. — J'imagine que ça répond à ma question. Damon grommela, ce qui arracha un petit rire à Micah et Alicia. — Calme-toi mon grand, dit Micah. Puisque tu fais partie de la famille, il est obligatoire que tu te fasses taquiner par tout le monde au moins une fois par jour. Alicia s'arrêta une fois à l'étage principal, et regarda autour d'elle. — Tu as beaucoup avancé depuis mon passage de la nuit dernière. Micah haussa les épaules. — Rien de mieux à faire. Quinn et Warren font leur truc au Moon Dance et me laissent l'endroit. — Qu'est-ce que je peux faire pour aider ? s'enquit Alicia. — Vous vous proposez d'aider, tous les deux ? interrogea Micah au lieu de lui répondre. — Elle oui, corrigea Damon. Je la laisse ici avec toi pendant que je pars m'occuper d'un détail qui nécessite mon attention immédiate. Alicia haussa un sourcil interrogateur, car elle avait pensé que Damon resterait avec elle. Elle plissa les yeux en réalisant qu'il avait une autre priorité depuis le début. — Je croyais que nous arrêtions les secrets, releva Alicia d'un ton accusateur. Damon lui adressa un sourire tendre et lui tapota doucement le menton. — C'est une surprise, dit-il. Je ne peux pas vraiment surprendre ma nouvelle femme si je n'ai pas un secret ou deux... maintenant, puis-je ? Alicia croisa les bras. — Qu'est-ce que tu comptes faire ? demanda-t-elle avant de lâcher un hoquet de surprise quand Damon fut soudain derrière elle et l'attira contre lui. Il se pencha de sorte à ce que sa bouche effleure le lobe de son oreille. — Tu le découvriras bien assez tôt. Maintenant, veux-tu rester ici… ou retourner dans notre lit ? Damon esquissa un sourire satisfait quand Alicia recula pour se coller tout contre lui et il releva l'odeur de sa soudaine excitation sexuelle. Micah se retint de lever les yeux au ciel, avant de se détourner du couple. Il savait qu'ils étaient ensemble, mais cet instinct qui le sommait d'arracher Alicia aux bras de Damon était long à la détente. — Je vais rester, chuchota Alicia en essayant de s'écarter, mais Damon la maintint emprisonnée dans l'étau de ses bras plus longuement. Savourant ce contact, elle passa ses bras autour de lui comme pour l'empêcher de partir. — Je la laisse sous ta surveillance, déclara Damon en regardant Micah droit dans les yeux… lui faisant comprendre sans détour à qui elle appartenait vraiment. Protège-la jusqu'à mon retour. Saisissant le menton d'Alicia entre ses doigts, il tourna son visage vers le sien afin d'y poser un baiser brûlant, avant de sortir si vite du night-club que Micah et Alicia ne virent que les portes s'ouvrir et se refermer sur son passage. Une fois Micah certain que du départ de Damon, il frappa le bar du poing. — « Protège-la jusqu'à mon retour », répéta-t-il d'une voix hostile. Comme si je n'avais jamais protégé personne avant. — À ce propos, dit Alicia, dont le rougissement suscité par Damon avait déserté le visage. J'ai un gros truc à régler avec toi, cher frangin. Toutes ces fois où tu es venu au pensionnat me rendre visite quand j'étais plus jeune, tu as dit que tu allais m'apprendre à me battre. Micah se figea et résista au réflexe de faire un mouvement de recul. — Tu ne faisais que faire semblant, n'est-ce-pas ? interrogea-t-elle. — D'accord, répondit Micah, vaincu. Je n'ai jamais cru que tu aurais besoin d'apprendre ce genre de leçons. Je t'ai seulement laissée croire que je te donnais des leçons, mais en vérité c'était seulement pour s'amuser. — Tu vas m'apprendre à me battre maintenant, ordonna Alicia avec autorité. Micah la regarda d'un air très surpris. — Quoi ? — Tu m'as entendue, grogna Alicia qui voulait se montrer aussi dure à cuire que les hommes. Tu vas m'apprendre à me battre comme il faut ou bien je me retourne, je franchis cette porte et j'explique à Damon que tu ne m'as pas assez bien surveillée. — Tu n'oserais pas, murmura Micah. Alicia lui fit un petit sourire insolent, car elle savait qu'elle venait de gagner la partie. — Regarde-moi bien ! Micah soupira et plongea une main dans ses cheveux. — D'accord, d'accord… je t'apprendrai comment te battre. Alicia se mit à sautiller en cercle. — Ouais ! Micah se frotta les yeux pour oublier qu'elle était la petite sœur qu'il n'avait jamais voulu voir mêlée à un combat. Elle était si adorable quand elle se comportait précisément comme si elle avait cinq ans. C'était pourquoi il ne lui avait jamais vraiment appris à se battre… comment était-il censé s'entraîner avec un tel concentré de mignon ? — D'accord, mais laisse tomber le numéro de ballerine ou bien je ne pourrais jamais le faire, ordonna Micah. La première chose que tu dois savoir, c'est que si tu t'apprêtes à te battre contre quelqu'un, tu ne peux pas en éprouver de la joie. — Je dois être en colère contre la cible, grommela Alicia. J'ai compris. — Et de deux, garde toujours un œil sur ton ennemi. » Alicia cligna des yeux stupéfaits et il disparut… fabuleux ! Chapitre 6 Michael erra lentement dans la grande maison, qui était devenue très vide tout à coup, depuis que Kane avait disparu. Maintenant, Scrappy était son seul compagnon, et il allait et venait à sa guise. D'ailleurs, la petite boule de fourrure le suivait partout dans la maison, en attendant que Michael s'assoit quelque part. Конец ознакомительного фрагмента. Текст предоставлен ООО «ЛитРес». Прочитайте эту книгу целиком, купив полную легальную версию (https://www.litres.ru/amy-blankenship/de-sombres-flammes/?lfrom=334617187) на ЛитРес. Безопасно оплатить книгу можно банковской картой Visa, MasterCard, Maestro, со счета мобильного телефона, с платежного терминала, в салоне МТС или Связной, через PayPal, WebMoney, Яндекс.Деньги, QIWI Кошелек, бонусными картами или другим удобным Вам способом.
КУПИТЬ И СКАЧАТЬ ЗА: 329.44 руб.